Violences conjugales : "Je veux mettre fin à cette politique du bon vouloir", assure Marlène Schiappa

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 8 min.
VIDEO. La ministre déléguée Marlène Schiappa invitée sur franceinfo
Article rédigé par
France Télévisions

La Ministre déléguée chargée de la Citoyenneté est revenue sur le plateau de franceinfo sur les dernières mesures annoncées pour renforcer la protection des victimes et le suivi des auteurs de violences conjugales.

Après l'annonce d'une série de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes, la Ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur de France, chargée de la Citoyenneté s'est dite jeudi 10 juin déterminée à "mettre fin à cette politique du bon vouloir" , actuellement en vigueur dans la prise en charge des plaintes des victimes de violences conjugales.

Interrogée sur la série de dysfonctionnements relevés dans la récente affaire de de Mérignac (Gironde), Marlène Schiappa a reconnu un "manque de communications entre les services", et assure que le fichier des auteurs de violences conjugales nouvellement annoncé permettra de résoudre ces problèmes de communication.

Une "loterie"

Face à elle, Luc Frémiot, ex-juge d'instruction et procureur de la république de Douais, a salué ces dernières mesures, mais s'est dit "encore critique aujourd'hui". "Je me pose la question de savoir pourquoi le garde des Sceaux et vous même avez attendu la semaine dernière pour envoyer aux services de police et aux magistrats des injonctions véritablement de faire leur métier, de prendre leurs responsabilités", pointe-t-il. "Cela aurait dû être fait (..) depuis des années", regrette-t-ilCar la situation actuelle s'apparente à " une loterie", explique-t-il : la prise en charge des victimes variant considérablement selon les interlocuteurs. Ce qu'a reconnu Marlène Schiappa, assurant vouloir " mettre fin à cette politique du bon vouloir"  en formant les membres des forces de l'ordre sur le sujet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Métiers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.