Vidéo Quand Maxime Gasteuil ironise sur les différences entre Paris et la province

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Originaire de Saint-Émilion en Gironde, l'humoriste vit aujourd'hui à Paris. Il s'amuse des anecdotes qu’il a vécues et qui représentent, selon lui, les différences entre la capitale et sa province natale.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Originaire de Saint-Émilion en Gironde, l'humoriste vit aujourd'hui à Paris. Il s'amuse des anecdotes qu’il a vécues et qui représentent, selon lui, les différences entre la capitale et sa province natale.

Des trottinettes partout, des logements souvent hors de prix... À son arrivée à Paris, Maxime Gasteuil a été plutôt surpris des différences avec sa province natale. Il en a même fait un spectacle "Maxime Gasteuil arrive à Paris". Pour Brut, il raconte ces situations parfois absurdes qu'il a vécues.

La nourriture

Véganisme, végétalisme, végétarisme… Maxime Gasteuil est toujours autant étonné devant une telle variété de régimes alimentaires. "La Province, c'est plus pratique, tu manges de tout", lance-t-il.

Les accents

Selon l'humoriste, l'accent parisien est de loin le plus étrange en France, notamment pour ses fins de mots fortement accentuées. "On parle des accents de province mais l'accent le plus bizarre de ce pays, c'est l'accent parisien !", sourit-il. "En province, les accents ça met l'ambiance", ajoute-t-il.

Les transports

L'humoriste est plutôt étonné en voyant la diversité des moyens de transport dans la capitale. Trottinettes, monocycles, vélos électriques… ils sont en effet nombreux là où la province se cantonne souvent à l'usage de la voiture. "Bientôt dans la voie de bus, il y a quoi ? Des kayaks, des planches à voile… c'est plus une ville, c'est Pinder", s'amuse Maxime Gasteuil.

Le logement

Voilà encore un point qui interroge Maxime Gasteuil. S'installer à Paris est souvent un parcours du combattant pour, très souvent, se retrouver dans un logement de petite taille et très coûteux. "Quand j'ai visité pour la première fois l'appart où je vis, j'attendais que le mec me montre les autres pièces", plaisante l'humoriste. "En province, même la voiture, elle a une pièce pour elle", ajoute-t-il.

Les boîtes de nuit

"Mille euros la bouteille à Paris, alors que chez Monoprix la même ils disent 17 euros", sourit l'humoriste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.