Uberisation : que cache le statut d'auto-entrepreneur ?

En France, 280 000 personnes travailleraient pour des plateformes selon le modèle de l'uberisation.

France 2

Qui sont ces nouveaux travailleurs ? En France, 280 000 personnes exerceraient une activité professionnelle sur le modèle économique de l'uberisation, un chiffre qui ne cesse d'augmenter dans le secteur de la livraison et du transport. Pour travailler dans des entreprises comme Frichti, Uber, ou Heetch, il faut être obligatoirement auto-entrepreneur. "Ça veut dire que si jamais vous tombez malade, l'assurance maladie ne vous verse quasiment rien. C’est exactement pareil si vous vous retrouvez au chômage. Et pas de congés payés ni de salaire minimum pour ces travailleurs", précise la journaliste Camille Guttin sur le plateau du 20 Heures.

Des rémunérations variables

La rémunération de ces travailleurs varie sensiblement selon les métiers. Pour cinquante heures par semaine, un livreur va toucher entre 800 et 1 200 € par mois. "C'est à dire à peine le smic", abonde la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un livreur travaillant pour Uber Eats à Toulon (Var), le 21 juillet 2019.
Un livreur travaillant pour Uber Eats à Toulon (Var), le 21 juillet 2019. (FRANCK BESSIERE / HANS LUCAS / AFP)