Dans la Manche, un ingénieur change de vie pour créer une ferme de la seconde chance

Publié
France 3 Normandie
Article rédigé par
France Télévisions

Dans la Manche, Damien Coué, ingénieur dans le nucléaire, a décidé de tout plaquer pour créer une ferme de la seconde chance. Une association qui offre une deuxième vie à des personnes au parcours cabossé mais aussi à des animaux voués à l’abattoir. #IlsOntLaSolution

En avril 2021, Damien Coué, ingénieur en nucléaire, a décidé de changer radicalement de vie pour un projet qui lui tenait fortement à coeur. Cet homme de 34 ans, qui ne se reconnaissait plus dans son ancien travail, a créé une association intitulée "Une seconde chance". Cette dernière est installée dans une ferme pédagogique de Querqueville dans la Manche. Elle a pour objectif de venir en aide aux personnes en difficulté et aux animaux rejetés. Cette initiative est soutenue par une trentaine d'adhérents.

Prendre soin des animaux et des humains

Dans le terrain de 1,5 hectare qu'il loue et qu'il a construit à partir de matériaux de récupération, Damien Coué recueille toutes sortes d'animaux. Des moutons, des pigeons blessés, des poules destinées à l'abattoir ou encore un lapin handicapé voué à la consommation. "C'est un particulier qui me l'a confié. Il m'a expliqué qu'il avait une patte handicapée. Les enfants se sont liés d'amitié. Grâce à l'association, il a décidé de me le donner. On l'a accepté et depuis il fait partie de la famille d'une seconde chance", explique l'ancien ingénieur.

Damien Coué n'est pas seul à gérer les animaux et la ferme. Depuis trois mois, il a donné la charge d'un potager à Jacques, un ancien sans domicile fixe pour qu'il puisse reprendre confiance en lui. "J'ai touché le fond et pour se remettre c'est très dur. Mais cette seconde chance, je la vois comme mon ultime chance et je vais pas la rater", raconte-t-il. 

À long terme, le créateur de l'association veut accueillir plus de personnes en situation délicate. Prochainement, sa ferme devra accueillir des enfants déscolarisés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.