Vidéo À la rue à 21 ans, il raconte

Publié Mis à jour
BRUT
Article rédigé par

Placé à l'âge de 3 ans, Jonathan a enchaîné les foyers et les familles d'accueil. À ses 21 ans et avec l'arrêt de l'accompagnement de l'Aide sociale à l'enfance, il s'est retrouvé à la rue. Depuis quelques mois, il vit dans une tente à Nantes, aidé par l'association Repairs 44 - Adepape de Loire-Atlantique. Il raconte.

"Mon père était à la rue et du coup, il avait un matelas aussi dans sa tente, et comme maintenant, il est hébergé chez des collègues à lui, il m'a laissé son matelas. J'ai un duvet également, une petite couette en plus et un oreiller là-bas. Et puis le reste, c'est des déchets quoi." Jonathan a 21 ans. Il est sans domicile fixe. Depuis plusieurs mois, il vit dans une tente à Nantes. "Je me lave pas tous les jours. La plupart du temps, je me lave 2, 3 fois par semaine, et encore", confie-t-il.

Le rêve d'une situation stable

À l'âge de 3 ans, il est placé avec sa sœur à l'Aide Sociale à l'Enfance, un service de l'État qui aide les familles démunies. Sa mère n'a alors pas les moyens de s'occuper d'eux. Depuis, il a enchaîné les foyers et les familles d'accueil. "Tous les 3 ans, presque à chaque fois, ça se coupait. Et en gros, on a appelé ça le syndrome de la rupture. C'est le fait de ne pas avoir de chose stable", explique Jonathan.

L'Aide Sociale à l'Enfance cesse d'accompagner les jeunes dont elle a la charge quand ils atteignent l'âge de 21 ans, c'est la loi. Certains d'entre eux, comme Jonathan, se retrouvent alors livrés à eux-mêmes. En France, 40 % des sans-abri de moins de 25 ans sont des anciens de l'Aide Sociale à l'Enfance. "J'ai pas forcément de rêve mais juste avoir une situation plus stable que celle-ci. Avoir un appartement, un travail stable. Voilà, pourquoi pas déjà. C'est un bon début je trouve", souffle-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.