"On est en gestion de crise" : les agences de garde d'enfants submergées après la fermeture des écoles à cause du coronavirus

La fermeture des établissements scolaires et des crèches a pris de court de nombreux parents, qui tentent de trouver une solution. Résultat : les baby-sitters sont extrêmement subventionnées.

Une baby-sitter avec une enfant (illustration).
Une baby-sitter avec une enfant (illustration). (MAXPPP)

À peine l'allocution du président terminée, jeudi 12 mars au soir, les premiers appels ont commencé pour Anne-Laure Faucher, directrice de Family sphère, une agence de service à la personne installée dans le 16e arrondissement de Paris : "Depuis l'annonce du président, on a eu beaucoup d'appels et de mails de familles qui se posent des questions, qui se demandent comment ils vont faire. On est en vraie gestion de crise", confie la gérante.

>> Rassemblements restreints, écoles et lieux culturels fermés : on fait le point sur les nouvelles mesures prises pour endiguer l'épidémie de coronavirus

Tous les établissements scolaires et les crèches sont fermés à partir de lundi 16 mars, au moins jusqu'aux vacances de Pâques, selon les prévisions du ministre de l'Éducation nationale. Même si les structures de garde qui accueillent moins de 10 enfants et les assistantes maternelles à domicile vont pouvoir poursuivre leur activité, la nouvelle a pris de court de nombreux parents, désormais à la recherche d'un mode de garde et se tournent vers les agences spécialisées.

Les étudiants baby-sitters libérés de cours

Avant tout, la directrice et ses équipes ont établi la liste des nounous disponibles, surtout des étudiants baby-sitters. Surtout qu'ils n'auront plus cours à partir de lundi, comme les écoliers. À chaque appel, la même question : "Étant donné le contexte actuel, on vous appelait pour faire le point avec vous, beaucoup de familles nous sollicitent pour modifier le planning des gardes, pour commander plus d'heures. Vous seriez disponible ?"

Est-ce que vous restez sur Paris malgré la fermeture des universités ?Une employée de Family Sphere à une étudiante baby-sitter

Il ne s'agit plus seulement d'aller chercher les enfants à la sortie de l'école, mais aussi d'être là dès le matin et même parfois quand les parents sont à la maison
pour du télétravail.

Davantage de prudence avec les nounous âgées

En revanche, la société est plus prudente avec les nounous âgées, les plus de 70 ans, plus vulnérables face au virus. "Je voulais juste vérifier avec vous si vous souhaitiez continuer à travailler ou si vous étiez inquiète et préfériez rester chez vous ?", questionne Anne-Laure Faucher à une "mamie nounou".

Autre précaution mise en place : chaque garde d'enfant est équipée de gants, de masques et de liquide hydroalcoolique. Les baby-sitters ont l'obligation de s'en servir.