L'Assemblée nationale vote l'élargissement d'un congé dédié aux proches aidants

Ce vote doit permettre à davantage de personnes de soutenir un proche âgé, malade ou handicapé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme aidant un proche atteint de la maladie de Parkinson, le 13 février 2021 à Nantes (Loire-Atlantique). (VALERIE PINARD / HANS LUCAS / AFP)

Un vote unanime. L'Assemblée nationale a approuvé, vendredi 22 octobre, le principe d'élargir les critères pour bénéficier d'un congé dédié aux proches aidants, et de l'indemniser au niveau du smic. Une mesure qui vise à ce que davantage de personnes puissent soutenir un proche âgé, malade ou handicapé. Des amendements en ce sens de la majorité ont été adoptés en première lecture par 52 voix pour, dans le cadre de l'examen du projet de budget 2022 de la Sécurité sociale.

Mis en œuvre depuis un an, le congé proche aidant indemnisé peine à se déployer : moins de 5 000 personnes en ont bénéficié jusqu'alors. Le congé est de trois mois fractionnables et renouvelables jusqu'à une durée totale d'un an sur une carrière. Selon la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), plus de 15 900 demandes de congé proche aidant ont été déposées, mais la plupart ne rentraient pas dans les critères d'attribution.

Le montant de l'allocation journalière du proche aidant sera revalorisée au niveau du smic, soit à 58 euros net. Le montant est actuellement de 43 euros par jour pour une personne aidante en couple, 52 euros pour une personne isolée. La même revalorisation sera appliquée au congé pour un enfant gravement malade. Le coût de ces mesures est évalué à 40 millions d'euros annuels.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Services à la personne et aide à l'enfance

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.