Covid-19 : Matignon rétropédale sur la suspension de l'accueil d'enfants par des assistantes maternelles, une décision attendue vendredi

Les services du Premier ministre avaient indiqué dans un premier temps que les assistantes maternelles ne pourraient plus accueillir d'enfants pendant trois semaines.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un bébé au Relais assistantes maternelles de Rouffach (Haut-Rhin), le 26 mars 2019. (MAXPPP)

La question n'a finalement pas été tranchée. La décision concernant les assistantes maternelles et la suspension de l'accueil d'enfants pour une durée de trois semaines n'est "pas encore arbitrée", affirme Matignon auprès de la radio franceinfo jeudi 1er avril, contrairement à ce qui avait été communiqué quelques heures plus tôt. La décision devrait être prise vendredi.

La même source avait annoncé en début de soirée que les assistantes maternelles ne pourraient plus accueillir d'enfants pendant trois semaines, "en cohérence avec les crèches". Certaines continueront cependant à accueillir "les publics prioritaires", dont la liste est en cours d'arbitrage, avait-t-on précisé, indiquant que les gardes à domicile ne seraient "pas concernées" par ces restrictions.

Un assouplissement des normes lors du premier confinement

Le président de la République a annoncé mercredi la fermeture des crèches et des écoles primaires pour trois semaines, afin de freiner la troisième vague d'épidémie de Covid-19.

Lors du premier confinement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 en mars, l'État avait assoupli les normes, permettant aux assistantes maternelles d'accueillir simultanément six enfants au lieu de quatre et ainsi "accompagner progressivement la reprise de l'activité".

En parallèle, celles qui n'avaient pas pu travailler pendant cette période avaient bénéficié du dispositif "d'indemnités exceptionnelles" mis en place pour les salariés travaillant pour des particuliers employeurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.