À Toulouse, une association accompagne les jeunes autistes dans leur quotidien

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
CI_NOUVELLE_AIDE_AUTISME
Article rédigé par
Corentin Mirallés - franceinfo
France Télévisions

L’Association d’aide à domicile aux personnes âgées et aux malades (Adpam) propose depuis mars dernier un nouveau service baptisé "Autisme +". Grâce à lui, l'association accompagne des enfants et des jeunes autistes dans leur quotidien. #IlsOntLaSolution 

Depuis mars dernier, l’Association d’aide à domicile aux personnes âgées et aux malades (Adpam) a élargi ses services aux jeunes souffrant de TSA (troubles du spectre autistique). Initialement, l’association créée en 1956 à Toulouse, venait en aide aux personnes âgées et/ou dépendantes. Mais en 2019, le Conseil départemental de Haute-Garonne a lancé un appel à projet pour la création d’un service d’accompagnement aux enfants et aux jeunes adultes autistes. Retardé par la crise sanitaire, le dispositif développé par l’Adpam et baptisé Autisme +, a enfin pu voir le jour en mars 2021.

Celui-ci compte six aides à domicile, toutes travaillaient déjà pour l’Adpam et se sont portées volontaires pour rejoindre ce nouveau projet. “Il y a eu six jours de formation avec différents spécialistes, sur l’alimentation par exemple. Et en plus l’association a fait le choix de recruter deux éducatrices spécialisées qui ont l’expérience de l’autisme, pour pouvoir venir seconder les intervenantes à domicile”, détaille Amélie Malbert, responsable de secteur à l’Adpam.

Les aides à domicile proposent balades et activités

Concrètement, les aides à domicile de l’association sont présentes sur plusieurs missions. Elles récupèrent les jeunes à leur sortie de leur institut, elles organisent des balades ou bien font des activités. Ana Mendes s’occupe de Diego depuis trois mois à raison de plusieurs après-midis par semaine. Comme à chaque fois, l’aide à domicile récupère Diego à 16h pour aller goûter. “Ça se passe bien avec Diego, confie Ana Mendes. C’est même lui qui vient vers moi, je ne fais rien, on se comprend.”

Avec 700 000 personnes souffrant d’autisme en France, dont 100 000 ayant moins de 20 ans, cette aide est bienvenue pour les familles. Reynier, le père de Diego est heureux de cette initiative : “On sortait du télétravail et nous avions personne pour s’occuper de Diego, c’est pour ça qu’on a fait appel à l’association. Ça se passe très bien avec eux et ça nous permet de respirer un peu aussi.”

Des réunions mensuelles

Pour s’assurer du bon déroulé du service, des réunions mensuelles sont organisées pour que les aides à domicile puissent faire un retour d’expérience auprès des deux spécialistes de l’autisme. Des échanges importants pour que la prise en charge soit la meilleure possible : “C’était une demande de mettre en place des outils spécifiques comme des emplois du temps visuels, des séquentiels, des timers, qui permettent de travailler au quotidien sur les tâches que les aides à domicile ont à effectuer au domicile avec l’enfant. Par exemple, la douche, la toilette, les goûters ou le repas”, explique Amélie Dreystadt, éducatrice spécialisée et psychologue.

Avec ce dispositif, les jeunes autistes peuvent désormais multiplier leurs interactions sociales dans un cadre pensé pour eux, tout en libérant du temps à leur famille qui peuvent alors effectuer d’autres activités.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Services à la personne et aide à l'enfance

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.