Vidéo Une journée avec Le Motif à Bruxelles

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
Avant de se lancer en tant qu'artiste, il a travaillé avec sa sœur Shay et d'autres rappeurs comme Niska ou SCH. Pendant tout le mois d'août, il s'est lancé un défi : créer un son par jour. Brut a suivi Le Motif chez lui à Bruxelles.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Avant de se lancer en tant qu'artiste, il a travaillé avec sa sœur Shay et d'autres rappeurs comme Niska ou SCH. Pendant tout le mois d'août, il s'est lancé un défi : créer un son par jour. Brut a suivi Le Motif chez lui à Bruxelles.

Lui, c'est Le Motif. Il a travaillé avec sa sœur Shay. Et pendant tout le mois d'août, il s'est lancé le défi de créer un son par jour. Brut est allé chez lui à Bruxelles. "Pendant quelques années, je fais que des prods pour les gens, que des toplines pour les gens, que des sessions, avec à peu près tout le game, quoi", raconte-t-il. Le Motif a commencé à faire de la musique chez lui, faute de moyens pour se produire en studio. "J'y allais rarement parce que j'avais pas l’argent, et ici, à tout moment tu croisais Hamza, tu croisais Damso, qui rappait avec un groupe qui s'appelait OPG, tu croisais Gandhi tu croisais, tous les gens qui... tous les rappeurs belges qu'on connait aujourd'hui", sourit-il.

À deux doigts du burn-out

Pendant quelques années, Le Motif ne fait que des "prods" pour les gens, que des sessions. "Mais je venais plus pour accompagner ma sœur en tant que directeur artistique, producteur", explique-t-il. Très vite, ce rythme de travaille ne lui convient plus au point qu'il frôle le burn-out. "Surtout que dans le rap, l'ingratitude de cette profession de réalisateur, tu vois, quand t'es pas tout à fait l'artiste, mais t'es pas aussi tout à fait celui qui compose la musique, elle est pas encore valorisée", confie l'artiste.

"Ça me redonne la vie"

Le Motif décide donc de "couper" avec cette facette de son travail et de se lancer. "J'allume mon micro et je pose des chansons. Et ça, ça me redonne la vie, tu vois. Et là je reconnecte avec ça et je me dis, c'est une évidence en fait, il faut que je fasse mon propre projet, quoi. Faut que je fasse mon propre projet, parce que, je suis le seul artiste qui est prêt à écouter 100 % des idées que je propose", se réjouit-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.