Vidéo Covid-19 : Bruno Le Maire veut "inclure" les professions de l'évènementiel dans le fonds de solidarité

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Pour toutes ces professions, des annonces précises seront faites par le Premier ministre "en début de semaine prochaine", a précisé le ministre de l'Economie.

Le ministre de l'Economie, invité de franceinfo mardi 6 octobre, veut "inclure" les professions de l'événementiel dans le fonds de solidarité qui permet de toucher jusqu'à 10 000 euros en cas de cessation d'activité à cause de la crise sanitaire liée au Covid-19. Bruno Le Maire évoque les fleuristes, les photographes ou encore les graphistes qui, comme dans d'autres secteurs, "prennent la crise de plein fouet".

Des secteurs qui "prennent la crise de plein fouet"

"La reprise est là", s'est réjoui en préambule le ministre, et "vous avez des secteurs qui redémarrent très bien, comme le bâtiment ou l'industrie agro-alimentaire". Toutefois, Bruno le Maire reconnaît que certains secteurs "prennent la crise de plein fouet". Bruno Le Maire évoque alors le secteur de l'événementiel : "Les fleuristes, les graphistes qui n'ont plus de carton d'invitation pour les mariages à fabriquer, les photographes - aujourd'hui les fêtes où l'on invite des photographes il n'y en a pas beaucoup."

"Je souhaite que l'on puisse inclure toutes ces professions dans le fond de solidarité", poursuit le patron de Bercy. Aujourd’hui elles n'y sont pas, et le ministre pense que cela "serait juste" qu'elles y soient et qu'elles puissent en bénéficier et puissent "toucher jusqu'à 10 000 euros par mois""Ce sont des sommes immédiatement disponibles, ajoute le ministre. Elles sont gérées par la Direction générale des finances publiques. Vous avez uniquement à vous inscrire sur le site. C'est purement déclaratoire. Il n'y a aucune autre formalité."

Des annonces la semaine prochaine

À propos du fonds de solidarité qui n'est aujourd'hui accessible qu'aux entreprises comptant jusqu'à 20 salariés, fermées, ou qui ont perdu 80% de leur chiffre d'affaires, Bruno Le Maire avance plusieurs pistes : "80%, c'est trop. Je proposerai au Premier ministre de baisser ce seuil". Concernant, le seuil des 20 salariés, il veut "voir si l'on ne peut pas augmenter ce seuil".

"L'Etat a toujours été au rendez-vous", argue enfin Bruno Le Maire qui cite les indépendants, les entrepreneurs, les TPE, les restaurateurs. Pour toutes ces professions, des annonces précises seront faites par le Premier ministre "en début de semaine prochaine".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.