Un restaurant McDonald's controversé ouvre finalement sur l'île d'Oléron

Le maire écologiste était farouchement opposé à cette ouverture, la première d'un restaurant du géant américain sur cette île de Charente-Maritime. Après cinq ans de lutte juridique, il a été débouté par le tribunal administratif de Poitiers et la cour d'appel de Bordeaux.

Le logo de McDonald\'s, à Londres, le 10 décembre 2019.
Le logo de McDonald's, à Londres, le 10 décembre 2019. (BEATA ZAWRZEL / NURPHOTO /AFP)

McDonald's à Oléron. Le premier restaurant de l'enseigne de fast-food a ouvert ses portes sur l'île de Charente-Maritime jeudi 26 décembre, au terme de cinq ans de bras de fer juridique avec le maire écologiste de la commune de Dolus, et d'une polémique, sur l'île, entre pro et anti-McDo.

Il devait initialement ouvrir avant l'été, mais la direction avait retardé l'événement. La mairie de Dolus avait dû, en décembre 2018, délivrer le permis de construire au restaurant, enjointe par le tribunal administratif de Poitiers puis la cour administrative d'appel de Bordeaux. Depuis plusieurs années, le maire écologiste Grégory Gendre, ancien membre de Greenpeace, s'opposait au projet, prenant des arrêtés de refus de permis de construire. Il s'opposait au projet au nom de ses convictions écologistes, comme il l'avait expliqué à franceinfo en 2017"Le programme sur lequel on a été élus et sur lesquels les gens ont voté, c’est de soutenir une agriculture durable et des circuits courts, explique Grégory Gendre. Les fonds d’investissement détenteurs de McDo font un métier d’investisseurs et aujourd’hui, on ne peut pas cautionner ce modèle." Par ailleurs, il évoquait notamment un risque "accidentogène" en raison d'un accès routier insuffisant au restaurant. 

Un risque d'inondation invoqué 

La mairie continue de s'opposer au restaurant et s'est pourvue en cassation, et le Conseil d'Etat "devra juger si oui ou non l'accès au restaurant est accidentogène alors que la population de l'île quintuple en été", a indiqué l'avocat de la mairie à l'AFP.

Selon Grégory Gendre, s'ajoute au risque routier un "risque hydraulique", le restaurant étant installé sur un site qui a connu plusieurs inondations depuis l'été, "en raison de l'artificialisation des sols, d'un réseau d'eau pluviale qui sature". Il convient que cela n'est pas dû seulement à McDonald's, mais le restaurant construit selon lui une extension de parking qui va aggraver le problème. Il a indiqué qu'il entendait poursuivre l'enseigne pour extension sans autorisation. Par ailleurs, deux riverains ont aussi intenté une action en justice, estimant le restaurant non compatible avec le code d'urbanisme de l'île d'Oléron.