Suppression des chalets au Marché de Noël : "Il y en a qui ne vont pas se relever", craignent restaurateurs et forains strasbourgeois

La municipalité de Strasbourg annule l'installation de 300 chalets mais conservera des animations dans les rues de la ville.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Au Marché de Noël de Strasbourg en 2019. (JEAN-MARC LOOS / PHOTOPQR / L'ALSACE / MAXPPP)

"Il y en a qui ne vont pas se relever", a réagi jeudi 22 octobre sur franceinfo Yoann Abitbol, chef de Bistrot et Chocolat, enseigne située en plein centre de Strasbourg, après l’annulation du Marché de Noël sous sa forme traditionnelle. La municipalité renonce face à l'aggravation de la situation sanitaire. Elle supprime les 300 chalets initialement prévus, mais elle maintient tout de même les animations dans les rues.

>> Covid-19 : suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct.

Bistrot et Chocolat va perdre 30-35% de son chiffre d’affaires. Mais Yoann Abitbol pense aux établissements déjà fragilisés : "Il ne s'agit pas de moi, il s'agit en réalité vraiment des 1 000 établissements, restaurateurs. C'est quand même 15 000 emplois directs et indirects qui sont menacés. C'est 200 millions d'euros un Marché de Noël sur la période décembre. Si on ne fait pas un petit peu de gras maintenant, je ne sais pas quand on va le faire", a-t-il déclaré.

Yoann Abitbol reste pessimiste pour l’année 2021 : "J'ai peur que 2021 soit encore peut-être compliqué à appréhender. Personnellement, oui je vais perdre de l’argent comme j’en perds depuis sept mois. Mais c'est pour tout le monde que ça risque d'être compliqué. Il y en a qui ne vont pas se relever", assure-t-il. Le restaurateur n’est plus personnellement endetté. Il peut supporter les turbulences financières du moment. Ce n’est pas le cas de tout le monde : "Je pense à des confrères qui se sont installés, qui se sont endettés et qui ne vont pas pouvoir se relever", a-t-il dit.

Il faut se préparer à des faillites supplémentaires dans le milieu forain

Éric, forain

à franceinfo

"On attendait justement ce marché Noël pour rebondir et pour essayer de payer nos factures", a déploré quant à lui Éric, un forain qui devait participer au Marché de Noël de Strasbourg. Seules les animations sont maintenues alors la déception est grande pour Éric, d’autant plus que la mairie avait, selon lui, fait des promesses.

"On s’attendait que ce soit la préfecture qui prenne cette décision, qu'elle soit bonne ou mauvaise. On l’aurait accepté. La mairie nous coupe l'herbe sous les pieds parce qu'elle nous avait promis qu’elle ferait tout pour avoir le marché de Noël de façon à ce que tout le monde puisse travailler autant les hôteliers, les restaurateurs, les associations et puis nous-mêmes", a-t-il expliqué.

Nous sommes quand même en extérieur. Je ne comprends pas.

Éric, forain

à franceinfo

"On a eu beaucoup de contraintes, on a mis des protocoles en place sur tous nos emplacements. Les clusters se font souvent en intérieur. Il y aura des magasins et des rues bondées de monde. Alors, comment va-t-on faire ?", s’interroge ce forain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.