Social : les livreurs posent pied à terre

Les livreurs à vélo ont appelé à la grève. Payés à la course, ils réclament de meilleures conditions de rémunération.

Voir la vidéo
France 2

Cette semaine, les livreurs à vélo ne l'ont pas choisie au hasard. Coupe du monde oblige, les commandes de pizzas affluent. Mais les livreurs ont décidé de faire grève, pour protester contre leurs conditions de rémunération, qu'ils jugent insuffisante. La majorité des livreurs est payée à la course, soit 5,75 € à Paris, et 5 € en province. "Il y a un peu plus d'un an, je gagnais plus de 20 € par heure. Depuis peu, je touche à peu près 13 € de l'heure. C'est insuffisant, on a tous des loyers à payer. Ça impacte ma vie quotidienne", se plaint un livreur parisien.

"Une sorte d'astreinte gratuite"

"Il y a beaucoup de livreurs qui se connectent, et très peu de commandes disponibles. Donc les livreurs passent leur temps à attendre sans être payés. Ils sont dans une sorte d'astreinte gratuite", constate Jean-Daniel Zamor, représentant du collectif des livreurs autonomes de Paris. Des chartes censées améliorer les conditions de travail des livreurs sont à l'étude par les plateformes de livraison. Les parlementaires suivent cette problématique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un livreur à vélo dans une rue de Paris.
Un livreur à vélo dans une rue de Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)