Reconfinement : les petits commerçants entre incompréhension et colère

Contraints de baisser le rideau depuis vendredi 30 octobre et l'entrée en vigueur du reconfinement, de nombreux petits commerçants ne comprennent pas pourquoi, dans le même temps, de grandes enseignes peuvent rester ouvertes.

Pour le reconfinement, les petits commerçants passent à l'offensive. Beaucoup refusent de fermer vendredi 30 octobre, alors que les grandes enseignes, elles, restent ouvertes. Une fronde que mène fièrement Sylvie Scotti, directrice de la boutique Album de Famille, un magasin de décoration à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). "C'est absolument anormal que Decathlon et Leroy Merlin soient ouverts", estime-t-elle, en précisant recevoir ses clients un par un sur 1 000 m2.

Dans l'Yonne, un maire soutien des petits commerces

Dans leur lutte, les commerçants peuvent compter sur certains élus locaux. À Migennes (Yonne), le maire (LR) vient de prendre un arrêté : il autorise les commerces non-alimentaires à ouvrir, contre la décision du gouvernement. "Pourquoi un hypermarché resterait-il ouvert, avec tous ses rayons alimentaires et non-alimentaires, et, que dans les centres-villes, l'alimentaire soit ouvert et tout le reste fermé ?", interroge l'édile. Un arrêté jugé illégal par la préfecture, qui conseille aux commerces concernés de fermer au plus vite.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une rue du centre-ville de Besançon (Doubs), le 9 septembre 2020. 
Une rue du centre-ville de Besançon (Doubs), le 9 septembre 2020.  (PHILIPPE ROY / AFP)