Pourboire : une pratique qui se perd en France ?

Doit-on rendre le pourboire obligatoire comme c'est déjà le cas aux États-Unis, en Autriche ou en Angleterre ? Le pourboire est un complément de revenu qui n'est pas négligeable dans le secteur du tourisme.

France 3

Dans ce restaurant parisien, Alvaro, 28 ans, sait accueillir le client. L'idée en ce mois d'août avec les touristes, gagner un maximum de pourboires. Pourtant la tâche n'est pas si facile. "Je donne régulièrement, mais pas toujours, ça dépend de la qualité du service", explique une cliente. Laisser quelques pièces de monnaie en plus de l'addition, un geste qui disparait. Selon une étude, 16% des Français avouent même ne jamais donner de pourboire.

"Ça me doublait ma paye"

"Quand j'ai commencé il y a 10 ans, je gagnais 100, 140 euros par jour. Ça me doublait ma paye. Maintenant ce n'est pas le cas", indique Alvaro. En France contrairement à d'autres pays, le service est compris dans la facture. Le pourboire reste donc facultatif. À la fin de la matinée, la somme est un peu maigre, 11, 40 euros qui seront redistribués à l'ensemble des serveurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une facture et un pourboire dans un café à Baume-les-Messieurs, le 23 juillet 2014.
Une facture et un pourboire dans un café à Baume-les-Messieurs, le 23 juillet 2014. (WOLFRAM STEINBERG / DPA)