Nouvelles restrictions à Paris : "L'État ne fait rien", les patrons de bars en colère

Au vu de la progression de l'épidémie de coronavirus, Paris bascule en zone d'alerte maximale. Les bars seront fermés dès mardi 6 octobre. Dans la capitale, ce fut une dernière soirée bien particulière pour de nombreux clients et gérants d'établissements.

Dans certaines rues de Paris, les bars font vivre les quartiers. C'est le cas de la rue de Lappe, dans le 11e arrondissement de la capitale. 40 bars sont normalement ouverts, mais lundi 5 octobre au soir, à plus de 22 heures, la rue était quasiment déserte, rapporte notre journaliste Luc Brisson en duplex. Une situation triste pour les gérants. "Nous n'avons pas été surpris, on s'y attendait, mais on ne la comprend toujours pas. On ne comprend toujours pas pourquoi les bars et restaurants sont stigmatisés comme vecteurs de cluster de la Covid-19. J'ai un bar qui fait 20 mètres carrés, je ne vois pas comment je peux contaminer tout Paris", déplore Richard Bontemps, patron de bars et restaurant.

Pas de revenus depuis avril

"Ce sont des petits bars donc il y a un nombre de clients très restreint. Si tout le monde met le masque, du gel et va en famille avec des masques, il y a peu de problèmes", ajoute le patron. Pour ce gérant, une dizaine d'employés seulement travaillent sur la dizaine d'établissements qu'il possède. Il déplore n'avoir aucun revenu depuis avril et rappelle que les bailleurs veulent récupérer leurs baux en les mettant dehors. "L'État ne fait rien", déplore-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un gérant de bar à Paris.
Un gérant de bar à Paris. (FRANCEINFO)