Nord : cuisiner ou servir pour décrocher un contrat

La restauration est en manque de main-d'œuvre, alors le secteur innove pour recruter. Dans les Hauts-de-France, certains bousculent les entretiens d'embauche en faisant cuisiner ou servir directement les candidats.

FRANCE 2

Le coup de feu ressemble à celui d'un grand restaurant, mais les commis de cuisine sont tous demandeurs d'emploi. Pour certains, c'est la première expérience aux fourneaux. Au menu : tartare de saumon, escalope de volaille forestière et mousse au chocolat, cuisinés pour de futurs employeurs. "On regarde les aptitudes que peuvent avoir les candidats potentiels. Alors, on ne va pas rechercher le geste professionnel, mais s'ils ont déjà une affinité avec les produits", explique Anthony Fusco, chef de cuisine au Royal Hainaut de Valenciennes (Nord).

13 cuisiniers et 13 serveurs jouent leur avenir professionnel

Cet examen d'embauche tient compte des compétences et de la motivation, et non pas du CV. Une méthode originale pour compenser l'important besoin de main-d'œuvre de la restauration. Au total, 13 cuisiniers et 13 serveurs jouent leur avenir professionnel. Visiblement, la méthode fait recette. À l'issue de cette journée test, une personne sur deux a décroché un contrat. Une sur trois partira en formation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Complément d\'enquête. Violences en cuisine, à couteaux tirés
Complément d'enquête. Violences en cuisine, à couteaux tirés (JACQUES DEMARTHON / AFP)