Cet article date de plus de trois ans.

Mouvement "anti-touristes" au Pays-Basque : "Nous avons besoin du tourisme" mais il faut le développer "de manière équilibrée"

Mathieu Bergé, conseiller municipal de Bayonne et conseiller régional de la coopération transfrontalière a réagi lundi sur franceinfo à la colère de certains habitants du Pays-Basque face au "tourisme sauvage". 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des autocollants ont fleuri sur Biarritz.  (DR)

Des autocollants anti-touristes ont fait leur apparition sur les murs de Biarritz (Pays-Basque), a rapporté lundi 14 août France Bleu Pays-Basque. On peut y lire notamment : "Parisien dégage, t'as Paris Plage". Une manifestation contre le "tourisme sauvage" est prévue à San Sebastian jeudi 17 août. "C'est aussi une question globale liée à l'uberisation des pratiques touristiques car cela exerce une pression sur les logements dans les zones touristiques", a réagi sur franceinfo, Mathieu Bergé, conseiller municipal de Bayonne, conseiller régional de la coopération transfrontalière. 

franceinfo : avec plus de deux millions et demi de touristes l'an dernier, le Pays-Basque est-il au bord de la saturation ?

Mathieu Bergé : Il y a une question locale et une question globale. Il y a eu des manifestations contre le tourisme de masse au niveau européen cet été, notamment à Barcelone, à San Sebastian au Pays-Basque. C'est aussi une question globale liée à l'uberisation des pratiques touristiques, car cela exerce une pression sur les logements dans les zones touristiques. Les infrastructures touristiques, on en a, elles continuent de se développer. On fait quand même attention à l'aménagement du territoire, et au foncier qu'on utilise pour pouvoir accueillir davantage de touristes. L'utilisation de logements pour accueillir les touristes s'est très fortement développée, mais comme dans toutes les zones littorales et les grandes métropoles urbaines.

Le Pays Basque doit aussi faire attention à l'image qu'il renvoie ?

Jusqu'à maintenant, l'attractivité du pays Basque repose sur son authenticité. Je ne pense pas qu'on aspire à un tourisme de masse. On aspire à élargir la saison touristique tout au long de l'année et non pas résumer le pays basque qu'au tourisme. C'est un territoire où nous avons de l'industrie, de l'aéronautique, une agriculture de qualité, un port industriel. Nous tenons à développer un territoire équilibré.

Il faut éviter la folklorisation de la culture et de l'identité basques.

Mathieu Bergé, conseiller municipal de Bayonne, conseiller régional de la coopération transfrontalière.

à franceinfo

Que nous soyons un territoire attractif, nous l'assumons. Que nous ayons besoin du tourisme pour pouvoir faire vivre nos populations, nous l'assumons également. Simplement, il faut le faire de manière équilibrée. C'est le rôle des politiques d'utiliser les lois qui nous permettent de travailler sur cette pression immobilière notamment avec la possibilité de surtaxer les résidences secondaires. C'est ce qui a été fait par une grande partie des communes du Pays-Basque.

Les répercussions sur le prix de l'immobilier vous préoccupe-t-elles beaucoup ?

On vit sur un territoire qui est extrêmement attractif. En plus du tourisme, il y a un phénomène de littoralisation, alors qu'ici les salaires ne sont pas plus élevés qu'ailleurs. Par contre, le prix des logements est plus élevé. Les élus doivent prendre compte cette question sérieusement que ce soit par rapport au respect de la loi SRU sur le logement social, sur la capacité que nous donne la loi aujourd'hui de surtaxer les résidences secondaires qui pourraient être pour certaines souvent destinées à la location touristique. Il est tout à fait normal qu'il y ait des débats de société apaisés au sein de la population sur le type de tourisme que nous voulons et comment on aménage notre territoire pour accueillir ce tourisme sans que cela ait un impact négatif sur notre population, notamment les plus jeunes qui aspirent à travailler et vivre au Pays Basque.

Rejet du tourisme au Pays Basque : "Il y a une question locale et une question globale" Mathieu Bergé, conseiller municipal de Bayonne à franceinfo.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.