Marseille : les vrais chiffres de la situation sanitaire

La situation sanitaire est préoccupante à Marseille d'après le gouvernement. Pourtant, la maire de Marseille et les responsables des hôpitaux de la ville n'ont pas les mêmes chiffres ni les mêmes critères pour l'évaluer.

Suite aux annonces des nouvelles restrictions mercredi 23 septembre, la métropole d'Aix-Marseille (Bouches-du-Rhône) est le seul territoire de l'Hexagone classé en zone écarlate. Pour déclencher l'alerte maximale, il faut trois indicateurs dans le rouge, à commencer par le taux d'incidence, soit le nombre de nouveaux cas de Covid par semaine pour 100 000 habitants. Il ne doit pas dépasser 250. Marseille atteint ce seuil. Chez les plus de 65 ans, ce taux ne doit pas excéder 100, or la ville est à 180.

"Trois-quatre jours de stabilisation ne suffisent pas"
Le pourcentage de lits en réanimation occupés par des malades du Covid est un autre critère. Au-dessus de 30 %, l'alerte maximale est déclenchée. Dans le département, le taux s'élève à 40 %. Pourtant, selon le professeur Philippe Parola, chef du service des maladies infectieuses à l'IHU Méditerranée, "tous les indicateurs sont plutôt confiants. Nous avons une diminution ces derniers jours du nombre de cas, de tests positifs, ainsi que du nombre d'admissions à l'IHU". Mais cette amélioration n'est qu'un frémissement pour le ministre de la Santé. "Trois-quatre jours de stabilisation affichée ne suffisent pas", déclare Olivier Véran. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La maire de Marseille, Michèle Rubirola, à la mairie, le 24 août 2020.
La maire de Marseille, Michèle Rubirola, à la mairie, le 24 août 2020. (MAXPPP)