Littoral : dans l'Hérault, les paillotes s'apprêtent à tirer leur révérence

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Littoral : dans l'Hérault, les paillotes s'apprêtent à tirer leur révérence
FRANCE 2
Article rédigé par
V.Gaglione, A.Guiraud, J-M.Talenton, O.Guerin - France 2
France Télévisions

Dès l'été prochain, les plages de l'Hérault devraient avoir un autre visage. Le code de l'urbanisme se durcit, et les paillotes de plages vont se raréfier. La moitié des concessions ne seront pas renouvelées dans le département. 

Le cocktail sur la plage à l'ombre d'une paillote, pour certains, c'est la carte postale de l'été. "On est juste à côté de la mer, puis on profite juste de moments détente", confie une vacancière. Ces moments ne seront bientôt plus qu'un souvenir pour Bernard Berny. Sa paillote, montée chaque été et démontée chaque hiver, est pourtant tout à fait légale. Mais la réglementation change, et sa concession ne sera pas reconduite. "C'est compliqué, c'est une page de vie qui se tourne, confie ce dernier. C'est 18 ans d'activité où on a su fidéliser une clientèle, on a vu des enfants grandir, des couples se faire, se défaire." 

La moitié des paillotes du littoral de l'Hérault concernées

Entre Carnon et La Grande-Motte, six ou sept paillotes sur 18 devraient disparaitre. C'est un décret de mai 2019 qui redéfinit le code de l'urbanisme, pour tous les espaces dits remarquables ou caractéristiques. Pour ces lieux, la préfecture évoque le droit pour chacun de disposer d'une plage libre et naturelle. Pour le maire (LR) de la Grande-Motte, qui perçoit les frais de concessions, si quatre de ces paillotes ferment, l'impact économique sera sensible. "C'est plus de 600 000 euros de recettes, ce sont 150 emplois équivalent temps plein, des recettes pour l'État, mais c'est aussi de l'économie indirecte auprès des producteurs de la région", détaille Stéphan Rossignol. Près de la moitié des paillotes du littoral de l'Hérault sont concernées. 36 d'entre elles vont devoir à terme déménager. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.