Isère : des salariés d'un fast-food portent plainte contre trois cadres pour des propos racistes

C'est l'arrivée d'un nouveau directeur, fin décembre, qui a dégradé les conditions de travail, selon les salariées rencontrées par France Bleu Isère.

Une enseigne Burger King d\'un restaurant de Paris, photographié en septembre 2015.
Une enseigne Burger King d'un restaurant de Paris, photographié en septembre 2015. (YANN KORBI / CITIZENSIDE.COM / AFP)

Une dizaine de salariés du fast-food Burger King de l'Isle d'Abeau (Isère) ont déposé plainte mi-janvier contre trois de leurs responsables, rapporte France Bleu Isère. Ils dénoncent notamment des propos discriminants, humiliants, les pressions morales, et les menaces de la part du directeur régional et de deux cadres.

Selon le témoignage de cinq salariées, que France Bleu Isère a rencontrées, c'est l'arrivée d'un nouveau directeur de site fin décembre qui a tout changé. Selon elles, des employés l'ont surpris en train de fouiller des casiers et effets personnels.

Une autre employée, Hélène, évoque des propos discriminants, racistes. "Ils disent qu'ils veulent franciser l'Isle-d'Abeau, karchériser l'équipe du soir." En référence au passé colonial de la France, elle affirme qu'un autre employé a eu le droit à cette remarque : "frotte, comme fût une époque". Elle parle aussi de menaces telles que "si tu comprends pas les mots, on va te faire comprendre autrement." 

La médecine du travail et l'inspection du travail saisies

Le 10 février, d'après les témoignages des plaignants, le ton monte entre certains salariés, le directeur, puis le directeur régional. Ce dernier fait fermer le restaurant alors que des clients sont là. Une employée fait un malaise et les gendarmes, se déplacent.

La médecine du travail et l'inspection du travail sont saisies. Les plaignants, soutenus par la CFDT, espèrent faire requalifier leurs arrêts de travail en maladie professionnelle.  

De son côté, Burger King France ne souhaite pas donner d'interview sur ce dossier car "une enquête est en cours." Dans un communiqué, la chaîne parle de "tensions entre salariés". Burger King qui affirme "condamner fermement tout acte de discrimination et ne tolère pas ces pratiques dans ses restaurants. Nous sanctionnons systématiquement les actes de discrimination ou de harcèlement avérés".