Hôtellerie : victoire des femmes de chambre du l'Ibis Batignolles

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Hôtellerie : victoire des femmes de chambre du l'Ibis Batignolles
FRANCE 3
Article rédigé par
G-A.Dolz, O.Gardette, J-A.Balcells, O.Pergament - France 3
France Télévisions

Aux termes de près de deux ans de combat dont huit mois de grève, les femmes de chambre de l'hôtel Ibis des Batignolles, à Paris, ont obtenu gain de cause, mardi 25 mai. Leur lutte était devenue un symbole des travailleurs précaires soumis au monde de la sous-traitance.  

En grande tenue, les femmes de chambre de l'Ibis Batignolles (Paris) ont célébré leur victoire, après 22 mois de mobilisation, mardi 25 mai à Paris. "Nous sommes fières de nous, a déclaré Rachel Kéké, l'une des meneuses du mouvement, aux journalistes de France Télévisions. On a tenu ce combat jusqu'au bout, on n'a rien lâché." Depuis le mois de juillet 2019, les employées du deuxième plus grand hôtel Ibis de France dénonçaient des heures supplémentaires non payées et des cadences infernales. 

Mêmes droits que les salariés 

Tout cela appartient désormais au passé. Apres l'euphorie, Rachel Kéké a ensuite digéré la victoire, à tête reposée. Les femmes de chambre ont désormais le même salaire et les mêmes avantages que leurs homologues salariés du groupe Accor. "On était rejetées. Les vrais travailleurs ce sont ceux du groupe Accor, et nous qui sommes de la sous-traitance, on n'avait pas le droit à la cantine, on n'avait rien, même une bouteille d'eau je devais l'amener de chez moi", détaille Esper Sylvie Kimissa, femme de chambre. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.