Fin des terrasses éphémères à Paris : "Ça a sauvé la saison de nombreux restaurateurs"

Les terrasses éphémères à Paris doivent être démontés avant le 1er novembre. Le retour du dispositif, prévu en avril, réjouit les restaurateurs, mais révolte les associations d'habitants. 

Article rédigé par
Luc Chemla - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Terrasse éphémère sur des places de stationnement Paris 12e, le 18 juin 2021.  (DELPHINE GOLDSZTEJN / MAXPPP)

"S'il fait beau, c'est dix couverts de plus par service, donc c'est super", assure Fabrice qui tient un café-restaurant dans le 15e arrondissement, à propos des terrasses estivales ou "éphémères" à Paris. Le dispositif, mis en place depuis le mois de mars 2020 pour rattraper les pertes liées au Covid-19, prend fin lundi 1er novembre. Il sera reconduit du 1er avril au 31 octobre.  

"C'est un calcul à faire, il faut que je mesure, explique le restaurateur à propos du report de cette terrasse éphémère en 2022 "mais si c'est un coût intéressant oui je le ferai !". Selon l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih), la principale organisation patronale du secteur, le coût sera différent selon les arrondissements. Il pourrait s'élever aux alentours de 200 à 300 euros par an le mètre carré.

Mais malgré le coût, certains propriétaires payeront. "Ça a sauvé la saison de nombreux restaurateurs, affirme Franck Delvaux, président de l'Umih à Paris et en Ile-de-France.

J'ai de nombreux témoignages de restaurateurs qui ont pu se retrouver du jour au lendemain avec 20 places de terrasses et qui ont découvert un nouveau type de clientèle

Franck Delveaux, président de l'Umih-IDF

à franceinfo

En revanche, les membres du réseau Vivre Paris ! qui regroupe différentes associations d'habitants ne voient pas du tout d'un bon œil le retour des terrasses éphémères. "C'est une véritable catastrophe, alerte Gilles Pourbeix, son président. D'abord parce que c'est une confiscation de l'espace public. De nombreux trottoirs parisiens sont devenus impraticables. Les piétons doivent passer sur la chaussée, ce qui est extrêmement dangereux. Le deuxième aspect, ce sont les nuisances sonores puisque lorsque vous avez une terrasse sous vos fenêtres avec une centaine de personnes debout en train de consommer, eh bien vous ne pouvez plus dormir."

"Malheureusement, les horaires ne sont pas respectés sur les terrasses éphémères. Puisqu'elles devraient fermer à 22 heures, or nous avons de très nombreux exemples de terrasses qui restent ouvertes jusqu'à minuit, voire deux heures du matin."

Gilles Pourbeix, président du réseau Vivre Paris !

à franceinfo

Pour contre attaquer, le réseau Vivre Paris ! dépose des recours auprès du tribunal administratif. Par ailleurs, il est désormais également possible de bénéficier de "contre-terrasse permanente sur des places de stationnement",  donc d'avoir en permanence un plancher avec des tables sur certaines places. Pour en bénéficier, les restaurateurs et cafetiers doivent monter un dossier auprès de la mairie de Paris.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.