Feuilleton : les vies de châteaux (3/5)

Les journées du patrimoine se dérouleront le 15 et 16 septembre. 17 000 sites y participent en France. France 2 s'est intéressé aux châtelains d'aujourd'hui, une aventure qui n'est pas de tout repos

Voir la vidéo
FRANCE 2

En devenant propriétaire du château de Carneville (Manche), Guillaume Garbe à découvert qu'un champignon s'était développé dans ses vieilles pierres sur plus de 100 mètres carrés. La mérule provoque ce que l'on appelle la pourriture cubique du bois. Un quart des charpentes est touché et les boiseries du XVIIIe sont démontées sur 700 mètres carrés pour découvrir la pierre. Le montant des travaux est colossal : 1 million d'euros. La mission patrimoine en apporte la moitié, mais il faut aujourd'hui trouver d'autres financements.

2 millions d'euros de travaux au château de Quintin

Le château de Quintin, dans les Côtes-d'Armor, est épargné par la mérule, mais en proie également à des travaux coûteux. Son propriétaire souhaite louer le domaine pour des évènements et les menuisiers sont en train d'installer les poutres d'un plancher monumental. L'ensemble des travaux s'élève à 2 millions d'euros, mais le château étant classé, la famille a le droit à 55% de subventions. Les travaux pour des édifices de ce type sont bien différents des gros oeuvres classiques, les professionnels doivent être experts en vieilles pierres.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le château de Carneville (Manche) a d\'abord été un manoir, construit en 1640, puis une maison de compagnie, destinée à accueillir des réceptions, à partir de 1755, explique sont propriétaire, Guillaume Garbe, à France 3 Normandie. Mais depuis 2016, la batisse doit faire face à la mérule, un champignon qui attaque le bois. Les boiseries, le parquet... Plus de 400 mètres carrés de ce château classé aux monuments historiques sont touchés. Une aide financière extérieure devient alors nécessaire. Quelque 800 000 euros sont nécessaires pour sauver le château et ouvrir des salles de réception.
Le château de Carneville (Manche) a d'abord été un manoir, construit en 1640, puis une maison de compagnie, destinée à accueillir des réceptions, à partir de 1755, explique sont propriétaire, Guillaume Garbe, à France 3 Normandie. Mais depuis 2016, la batisse doit faire face à la mérule, un champignon qui attaque le bois. Les boiseries, le parquet... Plus de 400 mètres carrés de ce château classé aux monuments historiques sont touchés. Une aide financière extérieure devient alors nécessaire. Quelque 800 000 euros sont nécessaires pour sauver le château et ouvrir des salles de réception. (Capture écran / France 3 Normandie)