Fermeture des bars et restaurants : le chef Philippe Etchebest appelle les restaurateurs à une action "brassard noir" pour dire que la profession est "en train de crever"

Le cuisinier souhaite que ses confrères et consoeurs impactés par la crise du Covid-19, se rassemblent devant leur restaurants ce vendredi midi avec un morceau de tissu noir autour du bras. "Il faut faire du bruit et montrer qu'on est là".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le chef étoilé Philippe Etchebest, en mars 2017. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

"Vendredi [2 octobre] à 11h45, j'invite tous les restaurateurs, les artisans à se rassembler devant leur établissement, leurs commerces avec un brassard noir et tout leur personnel parce que notre personnel, nos équipes sont concernés", a lancé lundi 28 septembre sur franceinfo le chef étoilé et meilleur ouvrier de France Philippe Etchebest. Il entend dénoncer la fermeture des bars et restaurants à Marseille et Aix-en-Provence et des bars à partir à 22h dans 11 villes placées en zone d'alerte renforcée depuis ce lundi, pour lutter contre le rebond de l'épidémie de Covid-19. 

>>> Fermeture des bars et restaurants : cette décision est justifiée par "des bases étayées, médicales et scientifiques", assure la députée LREM Aurore Bergé

"C'est une action pacifiste, sans violence, pas de désobéissance car je n'encourage pas cela, c'est juste pour montrer qu'on est là et qu'on est en train de mourir et qu'il faut absolument faire quelque chose", a défendu Philippe Etchebest.

Il faut faire du bruit et montrer qu'on est là, qu'on est en train de crever, nous et notre personnel aussi.

Philippe Etchebest

à franceinfo

Le meilleur ouvrier de France prédit, d'ici la fin de l'année, "30% de faillites et 250 000 chômeurs en plus. Les deux mois et demi de confinement pendant lesquels on a été fermés ne seront jamais comblés", a-t-il expliqué.

"Il y a quand même un mètre de distanciation sociale qui nous a été imposé, poursuit le chef du restaurant Le Quatrième mur à Bordeaux. Tous les protocoles qui nous ont été imposés, on les respecte. Pourquoi on serait plus dangereux ?", s'est interrogé Philippe Etchebest. Il estime que les restaurateurs ne sont pas plus dangereux "que les gens qui font des réunions de famille dans des appartements ou des fêtes qui se passent en extérieur comme je peux le voir très régulièrement."

C'est dur pour la profession de subir tout cela et d'être montrée du doigt.

Philippe Etchebest

à franceinfo

"On arrive à peine à sortir la tête de l'eau et on nous enfonce encore plus pour nous noyer", a alerté Philippe Etchebest qui dit soutenir ses "collègues" marseillais, d'Aix-en-Provence et de Guadeloupe aussi "qui subissent une fermeture alors que c'était déjà très compliqué. On est vraiment en danger".

Pour le chef étoilé, c'est aux syndicats du secteur "d'amener et de trouver des solutions pour discuter avec le gouvernement de choses fiables, moi je peux dire des choses, je peux dire la réalité du terrain, je la connais, je la vis tous les jours, il y a eu un plan de 100 milliards d'euros et on n'a pas parlé du tourisme, on n'a pas parlé de notre profession", a dénoncé Philippe Etchebest.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.