Fermeture des bars et restaurants confirmée à Marseille et Aix-en-Provence :"La déception est grande", réagit le président de l'UMIH des Bouches-du-Rhône

Le tribunal administratif de Marseille a rejeté le recours déposé par des cafetiers et restaurateurs qui contestaient l'interdiction décidée par le gouvernement il y a une semaine.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un restaurant fermé de Marseille lundi 28 septembre. (NICOLAS TUCAT / AFP)

"Nous avions l'intention d'être les alliés de l'ARS pour combattre le virus, ils ont choisi d'être nos ennemis", dénonce sur franceinfo Bernard Marty, le président de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie des Bouches-du-Rhône (UMIH-13), après le rejet par le tribunal administratif de Marseille, mercredi 30 septembre, du recours des cafetiers et restaurateurs contre l'arrêté de fermeture des établissements. "La déception est grande" pour Bernard Marty.

Des actions de contestation "en réflexion"

"La colère est là mais elle ne nous empêche pas de réfléchir à comment faire pour le futur. De manière juridique comme physique", indique le président de l'UMIH-13, qui explique avoir le sentiment "de parler dans le vide, de ne pas être entendu". Evoquant la possibilité de saisir le Conseil d'État, Bernard Marty appelle "les Marseillais et Aixois" à rejoindre les restaurateurs et cafetiers dans le cadre "d'actions qui sont encore en réflexion".

Aujourd'hui, Marseille et Aix sont des villes fantômes.

Bernard Marty, UMIH-13

à franceinfo

"Les restaurants, cafés, ne sont que la partie visible de l'iceberg. Derrière nous il y a toute une économie", ajoute Bernard Marty. Alors que le gouvernement a prévu de faire un point d'étape sur la situation sanitaire dans les Bouches-du-Rhône en début de semaine prochaine, le président de l'UMIH précise "ne pas avoir été convié" et ajoute que "chaque jour qui passe pour un restaurateur, un hôtelier ou un cafetier est très important après trois mois de fermeture". "Si l'activité qui se pratiquait avec les habitants n'existe plus, il n'existe plus rien du tout", conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.