Emploi de saisonniers étrangers dans la restauration : "C'est la révélation d'un manque d'attractivité globale" du secteur, estime la CFDT Services

L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie s'inquiète de la pénurie à venir de personnel alors que se profile la saison estivale. Près de 200 000 postes saisonniers pourraient être non pourvus cet été.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La terrasse d'un restaurant à Montmartre, à Paris, le 19 mai 2021. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

L'embauche de saisonniers tunisiens par des hôtels/restaurants français en manque de main d’œuvre "est la révélation d'un manque d'attractivité globale" du secteur, a estimé jeudi 12 mai sur franceinfo Olivier Guivarch, secrétaire général de la CFDT Services. Malgré la hausse de 16% des plus bas salaires dans le secteur des hôtels/restaurants négociée en décembre 2021, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) s'inquiète. Plus de 200 000 postes saisonniers pourraient être non pourvus cet été, soit deux fois plus que les années précédentes, selon elle. Depuis six mois, l'Umih discute ainsi avec le ministère de l'Intérieur français et l'équivalent du Pôle emploi en Tunisie pour favoriser l'embauche de saisonniers tunisiens.

franceinfo : Comment expliquez-vous cette situation ?

Olivier Guivarch : Ce n'est pas nouveau que l'industrie hôtelière, la restauration manquent de main d'œuvre. C'était le cas avant le Covid et cela s'est aggravé avec la crise sanitaire. On parle de 150 000 salariés qui ont quitté le secteur pour d'autres activités. Je pense que cette annonce d'embauche de saisonniers tunisiens c'est surtout la révélation d'un manque d'attractivité globale et les employeurs cherchent des solutions. C'est une sorte d'appel au secours. Je pense que le chiffre est un peu gonflé. Aujourd'hui, il y a à peu près 350 000 à 400 000 salariés saisonniers, donc je pense que c'est exagéré de parler de 200 000 salariés saisonniers étrangers qui viendraient en France.

Comment expliquez-vous le manque de main d'œuvre ?

La meilleure solution, c'est de rendre les métiers attractifs. Pour cela, on a eu une grille de salaire minimum avec un niveau 1 au-dessus du Smic et nous sommes en train de négocier un renforcement de la protection sociale et des contreparties justes face aux contraintes des métiers.

Est-ce fréquent d'employer des saisonniers étrangers dans ces secteurs ?

Il y a toujours eu des saisonniers étrangers qui travaillent dans les restaurants, les hôtels, en particulier dans les régions touristiques. C'est un plus pour les établissements et pour ces salariés. Il n'y a pas de problème avec la nationalité des salariés.

Qu'en est-il des contrats ?

Qu'on soit saisonniers étrangers ou français, il est évident que le noyau dur du travail doit s'appliquer, les salaires de références, la protection sociale, les congés… Les droits des saisonniers étrangers doivent être respectés de la même manière que leurs collègues français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.