Crise du Covid-19 : les camions à pizzas peinent à se maintenir à flot

Les équipes de France 2 se sont penchées sur la situation des camions à pizzas, lundi 25 janvier. Depuis l’instauration du couvre-feu à 18 heures, les intéressés souffrent terriblement et peinent à survivre. 

FRANCE 2

En France, de nombreux pans de l’économie sont durement touchés par l’épidémie de Covid-19 et le couvre-feu instauré à 18 heures. Les camions à pizzas se trouvent eux aussi dans une situation très difficile. Ils se sentent même abandonnés. Dans l’Eure, un camion à pizzas a décidé d’ouvrir à 11 heures au lieu de 18 heures habituellement. "Cela fait plus d’un an qu’on se bat pour s’en ouvrir. Un jour, c’est 20 heures, un jour, c’est 18 heures, un jour, ça va être le confinement total", témoigne Pascal Hurel, le propriétaire du camion La Fringale.  

Des comptes dans le rouge  

Pas question pour autant de réduire sa carte. "C’est joli, c’est beau au regard, une pizza, c’est ça", juge-t-il. Les clients, de leur côté, le soutiennent tout en se régalant avec une bonne six fromages. "Il faut bien les aider ces pauvres commerçants, avec les conjonctures actuelles", estime une cliente qui est venue chercher des pizzas. Toutefois, le pizzaïolo touche peu d’aides de l’État et ses comptes restent dans le rouge.

Le JT
Les autres sujets du JT
Florence, Rome et trois autres villes italiennes sont présentes dans le Top 10 des villes les plus gastronomiques d\'Europe.
Florence, Rome et trois autres villes italiennes sont présentes dans le Top 10 des villes les plus gastronomiques d'Europe. (MARIO TAGLIABUE/AFP)