Barbara Pompili confirme l'interdiction des terrasses chauffées après l'hiver 2020-2021

La ministre de la Transition écologique dit vouloir prendre en compte les difficultés économiques que connaissent les restaurateurs et les cafetiers.

Une terrasse chauffée, place de la Victoire, à Bordeaux (Gironde).
Une terrasse chauffée, place de la Victoire, à Bordeaux (Gironde). (VALENTINO BELLONI / HANS LUCAS)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ca ne sera pas pour tout de suite. L'interdiction des terrasses chauffées ne sera pas effective avant la fin de l'hiver 2020-2021, a confirmé Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, dans une interview accordée ce week-end au quotidien régional le Courrier Picard (article payant). Un délai justifié par la situation des restaurateurs et cafetiers, touchés par les conséquences économiques de l'épidémie de coronavirus.

"J'entends évidemment les difficultés des cafetiers et restaurateurs et c'est pourquoi cette mesure ne s'appliquera pas cet hiver mais l'année prochaine", a avancé la ministre. Barbara Pompili assure qu'elle veut lancer des concertations avec les acteurs de la filière, pour "les accompagner dans cette transition".

Cette mesure figure parmi les premières décisions dévoilées par le gouvernement, le 27 juillet, à la suite de la Convention citoyenne sur le climat"On ne peut pas chauffer à plein régime une terrasse en plein hiver pour le simple plaisir de boire son café en ayant chaud", avait alors martelé la ministre, évoquant une "aberration écologique".

L'annonce avait provoqué de vives réactions parmi les professionnels du secteur. "Ce sera peut-être la mise à mort de certains cafetiers", avait notamment réagi Laurent Lutse, président de la branche cafés, brasseries et établissements de nuit de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie, sur franceinfo.