Les infirmières se sentent oubliées par l'État

Les infirmiers et infirmières voient les tarifs de leurs actes stagner alors que leurs dépenses augmentent pour des heures de travail de plus en plus longues.

France 3

La routine pour Sabine Gentilini, infirmière libérale dans l'Oise, c'est une tournée de 30 ou 40 patients à voir tôt le matin et tard le soir. Elle suit le quotidien l'évolution de ses patients. La profession est en crise. Elle se sent complètement oubliée par le plan santé du gouvernement. "Ça fait des années qu'on nous oublie. Mais là, ils ont la médaille d'or", lance-t-elle.

Beaucoup d'actes gratuits

Chaque déplacement est payé 2,50 euros contre 10 euros pour un médecin. Elle ne compte plus les actes gratuits, et leurs tarifs n'ont pas été revalorisés depuis dix ans. Quand une infirmière a plusieurs soins à faire, le premier est facturé 100%, le deuxième à 50% et le dernier est gratuit. De la considération, ses patients lui en donnent tous les jours. Elle en attend au moins autant de la part du gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une infirmière prépare le pilulier d\'un patient à l\'hopital d\'Angers (Maine-et-Loire).
Une infirmière prépare le pilulier d'un patient à l'hopital d'Angers (Maine-et-Loire). (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)