Les agressions, "c’est devenu le quotidien pour nous", regrette la Fédération autonome des sapeurs-pompiers professionnels

André Goretti dénonce "le mépris" du gouvernement face aux violences en hausse contre sa profession. 

La Fédération autonome des sapeurs-pompiers professionnels dénonce les agressions (photo d\'illustration)
La Fédération autonome des sapeurs-pompiers professionnels dénonce les agressions (photo d'illustration) (JEAN-FRANÇOIS FERNANDEZ / FRANCE-BLEU BESANÇON)

Deux agressions ont eu lieu contre des pompiers pendant le week-end des 17 et 18 août, un phénomène en hausse en France. Samedi après-midi, dans les Yvelines, un adolescent de 15 ans s'en est pris à deux sapeurs-pompiers qui venaient le secourir après une tentative de suicide. Dimanche matin, à Calvi, en Haute Corse, un homme a agressé et blessé un pompier qui lui venait en aide. En 2018, à Paris, 300 pompiers ont été agressés, une hausse de 60%.

"C’est devenu le quotidien pour nous", a déploré sur franceinfo André Goretti. Le président national de la Fédération autonome des sapeurs-pompiers professionnels a reconnu "avoir du mal à comprendre" cette violence.  

Les pompiers en grève dans 90 départements

"Nous dénonçons la mauvaise gestion qui est faite aujourd’hui par le gouvernement de ces agressions qui sont en hausse quotidienne, a-t-il déclaré. Il y a un total mépris du gouvernement. Le gouvernement n’arrive pas à comprendre que le service public de secours est malade parce qu’il y a des dysfonctionnements forts, par manque d’effectifs et de moyens."

On est abandonné totalement par ceux qui nous gouvernent et ceux qui nous emploient.André Goretti

Le président national de la Fédération autonome des sapeurs-pompiers professionnels dénonce le manque de moyen, qui empêche parfois les pompiers d'avoir une réponse "adaptée". "Il y a un abandon de la population, a-t-il déclaré. Les services ne répondent plus à la demande et nous sommes le dernier maillon de la chaîne des secours. Il faut que la réponse soit adaptée, mais comme vous mettez beaucoup de temps, et que vous avez de moins en moins de moyens en termes d’effectifs et bien le temps est prolongé et les gens deviennent agacés et comme ils n’ont plus de réponse adaptée, ils s’en prennent aux sapeurs-pompiers."

Les pompiers ont démarré un mouvement de grève à la fin du mois de juin, notamment pour dénoncer la hausse des agressions. Des pompiers sont en grève dans 90 départements, a déclaré André Goretti. Une nouvelle réunion de l’intersyndicale aura lieu dimanche 27 août pour décider des suites à donner à ce mouvement.