Témoignage : mon père, ce condamné à mort

Témoignage d'un fils né de parents inconnus, qui découvre à quarante ans que son père biologique, Jacques Fesch, fut condamné à mort, exécuté dans les années 50 pour le meurtre d'un policier après un braquage qui tourne mal. Aujourd'hui, Gérard Fesch se bat pour faire réhabiliter ce papa qu'il n'a jamais connu.

FRANCE 2
C'est un combat rare que mène cet homme, Gérard Fesch. Né de parents inconnus, il découvre un peu par hasard l'existence de son père, il y a une vingtaine d'années, grâce à une lettre: "Par ces quelques mots, je voudrais reconnaitre Gérard Trognon comme mon fils. Qu'il sache qu'il n'a pu être mon fils selon la loi, mais qu'il l'est selon la chair et son nom sera gravé dans mon cœur à jamais". Découvrir son père ainsi fut un premier choc. Puis un second choc quand il apprend l'identité de son père, Jacques Fesch, condamné à mort et guillotiné.

Meurtrier repenti

"J'ai voulu porter son nom car j'ai vécu sans connaitre ni père, ni mère et je découvre à quarante ans que la seule personne qui me voue un peu d'amour, c'est cet homme". Jacques Fesch, un jeune homme de bonne famille devenu criminel. Après un braquage raté, il tue un policier. L'homme se repentit en prison, à tel point qu'aujourd'hui, l'Église étudie sa canonisation. Son fils mène un combat de mémoire et en appel au Conseil constitutionnel pour réhabiliter son père.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
gerard fesch feche
gerard fesch feche (FRANCE 2)