Cet article date de plus de quatre ans.

Syndicats : leurs réticences envers le programme d'Emmanuel Macron

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Syndicats : leurs réticences envers le programme d'Emmanuel Macron
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

S'il ne se prononcent pas en faveur de Marine Le Pen, les syndicats sont aussi réticents envers certaines mesures du programme d'Emmanuel Macron. Sur le plateau du 20 Heures de France 2, Jean-Paul Chapel nous explique les raisons de ces réticences.

Dans le programme d'Emmanuel Macron, quelles sont les raisons de la défiance des syndicats, et notamment de la CGT ? "D'abord la réforme du Code du travail. Emmanuel Macron veut plus de négociation. Ça peut paraître étonnant, ces réticences syndicales, c'est que ce dialogue serait décentralisé. La loi se contenterait de fixer quelques règles : la durée légale, 35 heures, le salaire minimum, tout le reste devra être négocié dans les branches ou même dans chaque entreprise. Salaires, heures supplémentaires, intéressements, formations, c'est le principe de la loi El Khomri poussé plus loin. Les centrales syndicales, au niveau national, vont perdre leur pouvoir, ça passe mal", observe Jean-Paul Chapel.

"Ça fâche les partenaires sociaux"

Emmanuel Macron veut aussi que l'État reprenne la main sur l'assurance-chômage. "Un système en déficit chronique géré par patronat et syndicats. Il dit : 'Fini ce paritarisme, on nationalise.' Ça fâche les partenaires sociaux", déclare le journaliste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.