Strasbourg : un policier porte plainte contre la police pour "racisme, discrimination et harcèlement moral"

Cet homme de 37 ans dénonce les comportements racistes de certains de ses collègues depuis plusieurs années.

Article rédigé par
avec France Bleu Alsace - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un uniforme de policier (illustration). (DENIS CHARLET / AFP)

Haykal Rezgui Raouaji, policier motard de 37 ans, porte plainte contre la Police nationale pour "racisme, discrimination et harcèlement moral". Muté à Strasbourg en septembre 2018, il explique à France Bleu Alsace subir des insultes et des réflexions racistes de certains de ses collègues : "Lors de la semaine de présentation, j'entends : 'Rezgui Raouaji, un nom bien français de chez nous.' C'était toujours des petites blagues, quand j'arrivais ils parlaient Alsacien, on vous fait sentir que vous n'êtes pas du groupe." Le brigadier affiche pourtant des états de service exemplaires : 16 ans de carrière et une décoration du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve en 2016 après le sauvetage de deux enfants d'un incendie.

"Je suis tombé quasiment en pleurs"

En août 2019, il fait une dépression pendant neuf mois : "J'étais au fond du trou, j'ai perdu pas loin de 15 kilos et personne ne m'a appelé, personne ne m'a soutenu...", raconte Haykal Rezgui Raouaji. En octobre 2019, il adresse un rapport à la Direction Départementale de la Sécurité Publique, rapport classé sans suite en mars 2020. "On m'a expliqué qu'il n'y avait pas assez d’éléments pour prouver le racisme... Là, je suis tombé quasiment en pleurs." Un responsable syndical lui explique par ailleurs que s'il souhaite obtenir sa mutation Toulouse, il ne doit pas invoquer le motif du racisme mais celui d'une "mauvaise intégration".

Des messages comme preuves

L'avocate du brigadier Haykal Rezgui Raouaji, maître Kaoutar Choukour, s'apprête à déposer le dossier. Elle s'appuie notamment sur des éléments conservés par le policier, et des témoignages de ses collègues : "Nous avons des captures de messages, qui ne laissent place à aucune ambiguïté. Certains de ses collègues sont prêts à témoigner." L'avocate demande "une indemnité pour toutes les souffrances endurées et un passage de grade". Haykal Rezgui Raouaji souhaite que les collègues qui lui ont tenu des propos racistes et discriminants soient sanctionnés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.