Sites classés : un décret inquiète

Des associations de protection de l'environnement redoutent que les sites classés soient moins bien protégés face aux promoteurs. Un projet de décret envisage de déléguer aux préfets les autorisations de construction. 

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône) sont classées depuis 1975, protégées ainsi par les amoureux de la nature et par une loi plus que centenaire. Mais un projet de décret du gouvernement prévoit qu'à l'avenir, les autorisations de travaux seraient délivrées au niveau local, par les préfets de département. Une situation impossible pour Didier Réault, président du parc national des Calanques.

2 700 sites classés

En France 2 700 sites sont classés, ce qui représente 2% du territoire. Cette décision pourrait selon les associations environnementales ouvrir la voie au béton à tout-va. "Le fait de déconcentrer la décision va placer le décideur (...) sous la coupe d'intérêts locaux et de pressions locales", avertit Jean-Marie Gleizes, de l'association France Nature Environnement. Dans l'Hexagone, tous les sept à dix ans, la surface d'un département disparait sous les bulldozers et le béton.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bateau navigue dans le parc national des Calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 9 novembre 2017.
Un bateau navigue dans le parc national des Calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 9 novembre 2017. (BORIS HORVAT / AFP)