Prisons : vers une réorganisation de l'administration pénitentiaire

L'évasion de la prison de Colmar (Grand-Est) intervient le jour où la ministre de la Justice, Nicole Belloubet annonce un remaniement de l'administration pénitentiaire. Elle présentait le rapport sur l'évasion de Rédoine Faïd. Il en ressort d'importantes failles de sécurité.

France 3

Comment l'un des détenus les plus surveillés de France a-t-il pu s'échapper des prisons les mieux sécurisées ? Un mois tout juste après l'évasion spectaculaire de Rédoine Faïd en hélicoptère, la ministre de la Justice apporte des réponses. La garde des Sceaux pointe notamment l'absence de filin dans la cour d'honneur de la prison, le mauvais positionnement d'une porte d'intervention qui donnait accès au parloir et un dispositif d'appel d'urgence défaillant. Il avait pourtant été testé le matin même.

Des mesures jugées trop faibles par l'opposition

La ministre de la Justice annonce une réorganisation de l'administration pénitentiaire jugée insuffisamment réactive. Les détenus particulièrement surveillés seront réunis dans une trentaine de prisons et une quinzaine d'agents supplémentaires leur seront affectés. Des mesures qui ne sont pas suffisantes pour l'opposition. Nicole Belloubet a également annoncé l'installation de nouveaux brouilleurs de téléphone et la mise en place d'un dispositif anti-drone.

Le JT
Les autres sujets du JT
La garde des Sceaux Nicole Belloubet au Sénat, le 5 juillet 2018
La garde des Sceaux Nicole Belloubet au Sénat, le 5 juillet 2018 (Public Sénat)