La plateforme anti-discriminations du gouvernement a reçu plus de 5 000 appels depuis sa création

Le dispositif, géré par le Défenseur des droits, avait été lancé après l'agression de Michel Zecler, un producteur de musique noir, par des policiers.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une banderole lors de la marche des libertés contre l'extrême-droite à Paris, le 12 juin 2021. (HERVE CHATEL / HANS LUCAS / AFP)

Quatre mois après sa création, la plateforme anti-discriminations lancée par le gouvernement a enregistré plus de 5 000 appels, surtout consacrés à l'emploi et au logement. La structure avait été lancé dans la foulée de l'agression de Michel Zecler, un producteur de musique noir, par des policiers.

Depuis février, cette nouvelle structure, joignable au 39 28 et gérée par le Défenseur des droits, reçoit entre 50 et 140 appels par jour. De nombreux appels concernent l'accès au logement. Mais, parmi les appels, la question numéro 1 reste l'emploi, qu'il s'agisse de discriminations à l'embauche, de harcèlement ou de pressions sur le lieu de travail, explique la Défenseure des droits Claire Hédon à l'AFP.

Une plateforme "pas encore assez connue"

Selon Claire Hédon, "pour l'instant, 5% des appels concernent la déontologie des forces de sécurité". Une proportion faible, alors que la plateforme a été pensée par Emmanuel Macron comme une réponse à l'affaire Michel Zecler. "Pas encore assez connue" à son goût, la plateforme n'en touche pas moins un nouveau public qui n'aurait pas pensé à s'adresser au Défenseur des droits. Environ "70% des appels" débouchent sur l'ouverture d'un dossier. Si ce rythme se confirme, les saisines de l'institution en matière de discriminations pourraient doubler pour atteindre 10 000 par an.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Droit et justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.