Manifestations : les blessures aux yeux en forte hausse

Une étude réalisée à partir d'informations recueillies par les ophtalmologistes confirme une forte hausse des blessures aux yeux, notamment, avec l'utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD).

Franceinfo

Des médecins ophtalmologistes ont recensé le nombre de blessures à l’œil causées par les armes non létales en se basant sur des chiffres fournis par les hôpitaux. Deux cas seulement ont été relevés en 2016, un en 2017, mais en 2018, en marge des manifestations des "gilets jaunes", le nombre est monté à 25 cas. 15 autres blessures ont été recensées jusqu'en août 2019. "Ces blessures étant particulièrement graves, possiblement en rapport avec l’utilisation d’armes sublétales (...) Notre but, c'est de pouvoir porter cette information à la connaissance des responsables du maintien de l'ordre", indique le professeur Bahram Bodaghi, chef du service ophtalmologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.

1 800 blessés du côté des forces de l'ordre

Parmi ces blessés, Jérôme Rodrigues, l'une des figures des "gilets jaunes", est le plus médiatique. Il s'est écroulé en pleine manifestation en janvier dernier et a perdu l’usage de son œil. De leur côté, les syndicats de police rappellent que 1 800 membres des forces de l'ordre ont été blessés au cours des manifestations. Ils défendent l’usage de ces armes non létales, qui permettraient d’éviter d’avoir recours aux armes à feu traditionnelles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" participant à une marche contre les violences policières à Paris, le 2 juin 2019, brandissent une bannière dénonçant des blessures oculaires.
Des "gilets jaunes" participant à une marche contre les violences policières à Paris, le 2 juin 2019, brandissent une bannière dénonçant des blessures oculaires. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)