Maltraitance sur une fillette de 6 ans dans le Cher : l'association La Voix de l'Enfant prête à poursuivre les services sociaux et la justice

La Voix de l’Enfant va se porter partie civile dans une affaire de maltraitance à Bourges (Cher), a déclaré sa présidente Martine Brousse sur franceinfo.

franceinfo

Martine Brousse, présidente de l’association La Voix de l’Enfant s'est dit, vendredi sur franceinfo, "choquée, en colère et en même temps désespérée" alors qu'une petite fille de 6 ans se retrouve dans le coma après des actes de maltraitance dans une famille de Bourges (Cher) dont cinq membres ont été mis en examen.

"Cette famille était connue des services sociaux, de la justice, des magistrats, d'un juge pour enfant et, une fois encore, on n'a pas su protéger cette petite fille", a-t-elle dénoncé.

"Une responsabilité énorme de la part des services sociaux et de la part des magistrats"

"La Voix de l'Enfant en tirera les conséquences (...) La Convention des droits de l'enfant [traité international adopté par l'Assemblée générale des Nations unies en 1989] dit bien que, lorsque des parents ne peuvent pas protéger leur enfant, c'est à l'Etat de le faire. L'Etat, c'est la justice et les départements, c'est la responsabilité de la protection de l'enfant. Nous prendrons les dispositions pour poursuivre les responsables, si véritablement, il y a des responsabilités qui n'ont pas été assumées", a-t-elle déclaré.

La Voix de l'Enfant va se porter partie civile dans cette affaire mais l'association est aussi prête à poursuivre les services sociaux et la justice car "il y a un juge des enfants qui a pris une décision en octobre et qui, en décembre, n'était toujours pas appliquée". Un juge des enfants avait ordonné son placement au mois d'octobre. La mère a tout fait pour se soustraire aux décisions de justice. Elle avait notamment déscolarisé la fillette. 

"Comment se fait-il qu'une décision a été prise au mois d'octobre, par un juge des enfants, et qu'aucune mesure de mise à l'abri de cette enfant n'a été prise, alors qu'il y a un petit frère qui est déjà placé, alors que cette petite fille, qui a 6 ans, a subi sans doute pendant des jours, des semaines, des mois, des violences, des morsures, des hématomes, des coups et des brûlures ? Il y a une responsabilité énorme de la part des services sociaux et de la part des magistrats", a-t-elle assuré.

L'association veut être reçue par Edouard Philippe 

L'association veut être reçue par Edouard Philippe "dans les plus brefs délais". "La Voix de l'Enfant en appelle au Premier ministre parce que cela relève du Premier ministre. Nous n'avons plus de ministre de la protection de l'enfance et de la famille que nous avons eu encore jusqu'à mai dernier. Nous demandons un ministre ou du moins un interlocuteur". 

Martine Brousse, présidente de l’association La Voix de l’Enfant, invitée de franceinfo le 5 janvier 2018.
Martine Brousse, présidente de l’association La Voix de l’Enfant, invitée de franceinfo le 5 janvier 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)