Prison de Fresnes : la justice ordonne des travaux d'ici à six mois

Le ministère de la Justice a annoncé qu'il allait faire appel de cette décision et demander la suspension de l'exécution du jugement.

Les parois décrépies de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), le 11 janvier 2018.
Les parois décrépies de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), le 11 janvier 2018. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le tribunal administratif de Melun a ordonné vendredi 20 juillet au ministère de la Justice de faire d'importants travaux dans les cours de promenade de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), l'une des prisons les plus surpeuplées et dégradées de France. Les travaux, dans cette prison déjà épinglée pour ses conditions de détention, devront être mis en œuvre "dans un délai de six mois". Le ministère de la Justice a annoncé qu'il allait faire appel de cette décision et demander la suspension de l'exécution du jugement.

"Ces travaux poursuivront principalement trois objectifs : agrandir les cours de promenade, améliorer leur propreté et leur équipement et, enfin, assurer un haut niveau de sécurité pour les détenus pendant l'utilisation de ces cours", a indiqué le tribunal dans un communiqué.

"Environ 270 millions d'euros" de travaux

"Il s'agit d'une très belle victoire du droit des détenus et du respect de leur droit à la dignité", s'est félicité auprès de l'AFP Patrice Spinosi, l'avocat du détenu et de l'Observatoire international des prisons (OIP) à l'origine de ce recours.

"Nous contestons la pertinence et la faisabilité des travaux ordonnés et a fortiori le délai imparti par le tribunal administratif pour les réaliser", a déclaré de son côté le porte-parole de la Chancellerie. Celui-ci met en avant "les impératifs de sécurité de l'établissement" et plus globalement "la cohérence des travaux à mener". Le ministère de la Justice avait annoncé en juin la rénovation de la prison de Fresnes, bâtie à la fin du XIXe siècle. La rénovation "complète" de Fresnes "est estimée à environ 270 millions à ce stade", avait alors indiqué la Chancellerie.