Financement libyen : Ziad Takieddine se rétracte et défend Nicolas Sarkozy

Coup de théâtre dans l'enquête sur les soupçons de financement libyen dans la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy. L'intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine a retiré ses accusations à l'encontre de l'ancien président.

France 3

Depuis huit ans, l'intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine assurait avoir remis 5 millions d'euros de la part de Mouammar Kadhafi à Nicolas Sarkozy et ses proches en 2006, juste avant la campagne présidentielle. Le sulfureux homme d'affaires est revenu sur ses accusations contre Nicolas Sarkozy dans les colonnes de Paris Match, dans la semaine du lundi 9 novembre. Une interview réalisée depuis Beyrouth, où il se cache de la justice française, qui l'a condamné à cinq ans de prison dans un autre dossier.

"Le principal accusateur reconnaît ses mensonges" 

"M. Sarkozy n'a pas eu un financement libyen pour la campagne présidentielle", a affirmé Ziad Takieddine. Aussitôt, l'ancien chef d'État s'est félicité sur Twitter, le 11 novembre, et a clamé son innocence. "Le principal accusateur reconnaît ses mensonges. Jamais il ne m'a remis d'argent, jamais il n'y a eu de financement illégal de ma campagne 2007", a-t-il écrit. L'intermédiaire franco-libanais affirme avoir subi des pressions de la part du juge d'instruction de l'époque.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'homme d\'affaires franco-libyen Ziad Takieddine à son arrivée au siège de l\'office anticorruption de la police, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 17 novembre 2016.
L'homme d'affaires franco-libyen Ziad Takieddine à son arrivée au siège de l'office anticorruption de la police, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 17 novembre 2016. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)