Eric Dupond-Moretti à Fresnes : une "visite symbolique", pour l'Observatoire international des prisons qui attend "des mesures fortes" contre la surpopulation carcérale

Cécile Marcel, directrice de la section française de l'OIP, rappelle que le nouveau ministre de la Justice est le signataire d'une lettre ouverte à Emmanuel Macron, l'invitant à agir contre le trop grand nombre de détenus en France.

Eric Dupond-Moretti à la prison de Fresnes (Val-de-Marne), mardi 7 juillet 2020.
Eric Dupond-Moretti à la prison de Fresnes (Val-de-Marne), mardi 7 juillet 2020. (THOMAS COEX / AFP)

"C’est une visite symbolique parce que la prison de Fresnes est emblématique des problèmes des conditions carcérales très dégradées que l’on rencontre en France", a réagi sur franceinfo, mardi 7 juillet, Cécile Marcel, directrice de la section française de l’Observatoire international des prisons (OIP). "Les chantiers sont nombreux et extrêmement importants" pour les prisons, a-t-elle souligné espérant du nouveau ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti "des mesures fortes à court terme". Pour Cécile Marcel, il faut "des mesures fortes pour que la surpopulation ne reparte pas".

franceinfo : Quel signal envoie, selon vous, cette visite dans la prison de Fresnes ?

Cécile Marcel : C’est une visite symbolique parce que la prison de Fresnes est emblématique des problèmes des conditions carcérales très dégradées que l’on rencontre en France.

C’est une prison qui été condamnée à plusieurs reprises par la justice française pour ses conditions de détention particulièrement mauvaise : la surpopulation, la vétusté des infrastructures, la situation déplorable des cellules.Cécile Marcel, directrice de la section française de l'OIPà franceinfo

Donc c’est extrêmement important que le nouveau garde des Sceaux prenne la mesure de la situation. Vous n'êtes pas sans savoir que la France a été condamnée récemment par la Cour européenne des droits de l’Homme pour ces conditions de détention inhumaines. Et la Cour a enjoint à la France de prendre des mesures urgentes pour réduire sa surpopulation carcérale et améliorer ses conditions de détention. Donc ça va être un chantier important pour le garde des Sceaux.

Est-ce un changement de style par rapport à sa prédécesseure, Nicole Belloubet ?

Le changement de style on verra. Éric Dupond-Moretti a été signataire d’une lettre ouverte qui a été envoyée début juin au président Macron pour l'inviter à prendre des mesures face à cette situation, à la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l'homme et à la suite aussi de la baisse importante de la population carcérale qu'on a connue pendant la crise sanitaire, pour l'inviter à se saisir de cette situation historique, pour que les chiffres de la surpopulation carcérale ne remontent pas. Et donc, on espère évidemment qu'en étant signataire de cette interpellation du président de la République, il sera lui-même particulièrement sensible à cette question.

Éric Dupond-Moretti, lors de la passation de pouvoir, a dit "penser aux prisonniers et à leurs conditions de vie inhumaine et dégradante". Est-ce que ce sont des propos inhabituels dans la bouche d'un ministre de la Justice ?

Le constat des conditions de détention inhumaines et dégradantes, malheureusement, a été fait à de multiples reprises par toutes les instances de contrôle, par les juridictions nationales et européennes, par les différents responsables politiques.

Maintenant, ce qu'on attend, c'est effectivement des actes pour mettre un terme à ces conditions inhumaines et dégradantes. Et ça passera par des mesures fortes pour que la surpopulation ne reparte pas.Cécile Marcel, directrice de la section française de l'OIPà franceinfo

Et puis, au-delà des conditions de détention, un travail sur le respect des droits en prison. Je pense au droit du travail, par exemple, qui n'est pas respecté. Les chantiers sont nombreux et extrêmement importants. Il aura peu de temps pour s'y atteler, mais on espère évidemment des mesures fortes à court terme.