Avortement : l’Argentine à l’heure du choix

Après l’Irlande, un autre pays catholique et conservateur est prêt à légaliser l’avortement. Dans les rues argentines, les deux camps se mobilisent.

Les discussions duraient depuis plus de 10 heures mercredi 8 août au soir, dans le Sénat de Buenos Aires (Argentine). À l’extérieur, les pros et anti avortement se font face aux cris de slogans. Une couleur verte pour les pro-avortements, symbole de l’espoir et de ces femmes qui veulent le légaliser. "Nous devons être des milliers dans la rue pour montrer aux sénateurs qu’ils n’ont pas d’autres choix que de dire oui", déclame une militante. "Nous sommes en train d’écrire l’Histoire réellement, c’était impensable il y a encore quelques mois, quelques années", ajoute une autre.

"Tuer n’est pas un droit"

De leur côté, les opposants à l’avortement sont parés de bleu et blanc, les couleurs du pays. Sur les pancartes, des slogans-chocs "Tuer n’est pas un droit". Pour eux, l’avortement détruit des vies.
"L’avortement tue l’enfant et ne résout pas le problème de la femme, ce n’est pas une solution", ajoute un opposant. Aujourd’hui, l’avortement est puni par la loi sauf si la vie de la femme est en danger. Le pape François a multiplié les déclarations contre depuis plusieurs mois.

>> Argentine : le Sénat rejette la légalisation de l'avortement 

Le JT
Les autres sujets du JT
Manifestants pro-avortement dans le métro de Buenos Aires, Argentine, le 31 juillet 2018.
Manifestants pro-avortement dans le métro de Buenos Aires, Argentine, le 31 juillet 2018. (ANITA POUCHARD SERRA / HANS LUCAS / AFP)