VIDEO. Vêtue d’une armure de fer, elle traverse Kaboul pour pointer le harcèlement sexuel

Pour dénoncer le harcèlement sexuel et la misogynie ambiante, cette artiste afghane s’est promenée en plein Kaboul vêtue d’une armure de fer.

Voir la vidéo
BRUT

En quelques minutes de marche avec son armure dans un quartier du centre de Kaboul, la tension est montée. Kubra Khademi est une artiste afghane. Dans une performance, elle a voulu dénoncer les attouchements faits aux femmes en portant une armure de fer en pleine rue. Après cela, l’artiste a dû quitter l’Afghanistan en 2015. "Dans mon pays, il y a beaucoup de violeurs, beaucoup de gens qui ont peur qu’un jour les victimes parlent", dénonce-t-elle.

"C’est une performance dans laquelle je dénonçais l’omniprésence et la brutalité du harcèlement sexuel dans les lieux publics", explique Kubra Khademi.

"Certains me lançaient des pierres"

La performeuse a choisi le lieu où elle était la plus harcelée à Kaboul. "Ils voyaient seulement mon gros derrière et ma grosse poitrine en métal", raconte la jeune femme. "Les gens ont réagi très vite, très rapidement", poursuit-elle. Résultat ? La jeune femme s’est faite insulter et agresser. "Certains me lançaient des pierres, me traitaient de salope", se remémore Kubra.

Pour la jeune femme, le silence serait une forme de soumission. "On y prend part si nous nous taisons. Nous avons une responsabilité. J’aurais eu des regrets si je n’en avais pas parlé", lance-t-elle.

Kubra Khademi vit maintenant en France. Son art reste toutefois influencé par sa vie en Afghanistan.

VIDEO. Vêtue d’une armure de fer, elle traverse Kaboul pour pointer le harcelèment sexuel
VIDEO. Vêtue d’une armure de fer, elle traverse Kaboul pour pointer le harcelèment sexuel (BRUT)