Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo L'historien Thomas Snégaroff raconte l'histoire du premier nude de l'histoire

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
C'est l'histoire du premier nude de l'Histoire. Celle d'une femme qui envoie ses seins à un homme, bien avant les réseaux sociaux et les téléphones portables. C'était en 1828. -
VIDEO. L'historien Thomas Snégaroff raconte l'histoire du premier nude de l'histoire C'est l'histoire du premier nude de l'Histoire. Celle d'une femme qui envoie ses seins à un homme, bien avant les réseaux sociaux et les téléphones portables. C'était en 1828. - (Brut.)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions

C'est l'histoire du premier nude de l'Histoire. Celle d'une femme qui envoie ses seins à un homme, bien avant les réseaux sociaux et les téléphones portables. C'était en 1828.

Connaissez-vous l'histoire du premier nude ? Rien à voir avec un échange téléphonique puisqu'il date de 1828. L'historien Thomas Snégaroff revient sur l'histoire fascinante qui se cache derrière ce tableau, aujourd'hui exposé à New York au Metropolitan Museum. "C'est une femme qui envoie ses seins à un homme (…) elle les a peints elle-même sur une miniature, c'est tout petit, c'est 6 centimètres sur 8", raconte-t-il. Le tableau est très réaliste. "On voit que les deux seins n'ont pas la même taille l'un et l'autre, qu'il y a la blancheur de la peau, qu'il y a les tétons très roses et puis, il y a un grain de beauté qu'on peut imaginer que, peut-être, celui à qui elle l'envoie sera le seul à le reconnaître", détaille Thomas Snégaroff.

"Le premier nude de l'Histoire a été réalisé, non pas par un homme, mais par une femme"

Le nude en question a été envoyé par une peintre américaine de l'époque qui s'appelle Sarah Goodridge. "Elle s’est spécialisée dans ces miniatures-là et elle excelle. Et c'est donc ce moyen-là qu'elle va choisir pour raconter à quel point elle désire peut-être celui à qui elle l'envoie", raconte Thomas Snégaroff. Mais derrière cette correspondance picturale, se cache une histoire bien plus complexe... et surprenante.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.