La cinéaste Marceline Loridan-Ivens, survivante d’Auschwitz, est morte à l'âge de 90 ans

La cinéaste Marceline Loridan-Ivens est morte mardi à l'âge de 90 ans, selon une information recueillie par France Inter auprès de son éditeur Grasset.Née en 1928, survivante des camps de concentration d’Auschwitz, de Bergen-Belsen et de Theresienstadt, elle était scénariste, réalisatrice et auteure.

Marcelile Loridan-Ivens est décédée le mardi 18 septembre 2018 à l\'âge de 90 ans.
Marcelile Loridan-Ivens est décédée le mardi 18 septembre 2018 à l'âge de 90 ans. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

La cinéaste Marceline Loridan-Ivens est morte mardi 18 septembre à l'âge de 90 ans, a appris France Inter auprès de son éditeur Grasset.
Née en 1928, survivante des camps de concentration d’Auschwitz, de Bergen-Belsen et de Theresienstadt, elle était scénariste réalisatrice et auteure.

Marceline Loridan-Ivens a débuté dans les années 1960 avec Chronique d'un été, film documentaire de Jean Rouch et Edgar Morin, prix de la critique à Cannes. Assistante sur le tournage, elle y interprétait notamment un monologue place de la Concorde à Paris. Le film est l'un des premiers témoignages filmés de la déportation durant la Seconde Guerre mondiale

Déportée avec Simone Veil

Au début de la Seconde Guerre mondiale sa famille s'installe dans le Vaucluse. Elle entre dans la Résistance. Elle est capturée par la Gestapo avant d'être déportée au camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau en avril 1944, dans le même convoi que son père et que l'ancienne ministre Simone Veil. Elle est libérée du camp de Theresienstadt le 10 mai 1945 par l'Armée rouge.

Elle rencontre le réalisateur de documentaires Joris Ivens en 1963 qu'elle épouse. De 1972 à 1976 elle travaille avec son époux en Chine, pendant la révolution culturelle chinoise. Ils réalisent Comment Yukong déplaça les montagnes composé d'une série de 12 films. Mais ils doivent quitter précipitamment la Chine à la suite des critiques de la femme de Mao Zedong.

En 2003, elle réalise un film de fiction, La Petite Prairie aux bouleaux, avec Anouk Aimée, très inspiré de son parcours dans les camps. Actrice, elle a joué notamment en 1999 dans Peut-être de Cédric Klapisch, en 2008 dans Les Bureaux de Dieu de Claire Simon et en 2013 dans Les Beaux Jours de Marion Vernoux.