Cet article date de plus de trois ans.

Jacques Prévert : éternelles feuilles mortes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Jacques Prévert : éternelles feuilles mortes
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Si l'hiver vient frapper à notre porte, nous sommes toujours en automne. Une saison symbolisée par une chanson de Jacques Prévert, Les feuilles mortes.

En plus de 70 ans, cette perle du répertoire français a connu une histoire tout à fait inattendue. C'est au départ, en 1945, la musique du "Rendez-vous", un ballet de Roland Petit. La mélodie n'a pas encore de nom, car elle n'a pas encore de texte. C'est le cinéaste Marcel Carné qui, voulant cette musique du compositeur Joseph Kosma pour un film, demande à Prévert d'y associer un poème. Dans "Les portes de la nuit", "Les Feuilles mortes" sont à peine fredonnées par celui qui deviendra leur plus fameux interprète, Yves Montand.

En arabe, en russe, en japonais

Montand l'a si souvent chantée ensuite qu'il existe même des versions presque inconnues. L'une d'elles vient d'être retrouvée dans une anthologie consacrée à Prévert. Si Montand reste le crooner des "Feuilles mortes" en France, la chanson star a été promise à un avenir mondial. Aux États-Unis, elle devient "Autumn leaves", un standard du jazz. Sinatra en fait un tube universel. Selon la productrice Françoise Canetti, "il y a 600/700 interprétations des "Feuilles mortes" dans toutes les langues du monde. Vous avez une version en arabe, des versions en russe, en japonais". En France, le tube a désormais d'autres ambassadeurs, comme Hervé Vilard. Il l'a chantée à ses débuts, et il la chantera pour ses adieux à la scène en avril prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.