"Il est assez visionnaire donc ça m'intéresse" : succès annoncé en librairie pour le dernier Houellebecq

Le dernier roman de Michel Houellebecq est arrivé en librairie. Fort d'un tirage exceptionnel de 320 000 exemplaires, c'est comme à chaque fois un événement littéraire.

\"Sérotonine\", le dernier roman de Michel Houellebecq est en librairie, 4 janvier 2019.
"Sérotonine", le dernier roman de Michel Houellebecq est en librairie, 4 janvier 2019. (JABOUTIER / MAXPPP)

Sérotonine, le dernier Houellebecq, trône, sans affiches ni vitrine, sur le comptoir de la librairie Fontaine. "On l’a reçu deux jours avant pour une mise en place le jour J", confie Véronique Titier, libraire dans le 16e arrondissement de Paris, qui s’attend à une affluence comme pour le livre posthume de Jean d’Ormesson car sa clientèle est "assez classique".  

Les 200 exemplaires reçus devraient partir très vite. Depuis l'ouverture, chacun vient demander, discrètement ou pas, son Sérotonine. "J’ai hâte de me faire ma propre opinion", commente une cliente.

Il est un des derniers vrais commentateurs de la société et il est assez visionnaire donc ça m’intéresse de voir ce qu’il a à dire.Une cliente de la librairieà franceinfo

Le sulfureux Houellebecq, chacun l'aborde différemment. "Je trouve qu’on n’a pas de personnages aussi relevants dans la littérature française qui est un peu policée quand même", explique timidement une cliente. "Il est complètement déjanté, un peu désespéré... Mais c'est son oeuvre qui m'intéresse" affirme un autre lecteur.

Il voit très bien que le peuple français est en train de crever, l’état de déliquescence de cette société.Charles, un admirateur de Michel Houellebecqà franceinfo

La libraire le confesse. Ce succès attendu va faire du bien : "Le tiroir-caisse va fonctionner. Le mois de décembre a été dur parce qu’on a eu à Paris, les 'gilets jaunes', les manifestations."   

Pour vendre son livre, Michel Houellebecq n'a rien dit. Pas de médias, pas d'interviews, une cure qui ne dérange finalement personne. "Quelqu’un qu’on voit trop souvent, c’est Bernard Henri-Levy, qui est incapable d’écrire trois lignes. Je pense que Houellebecq, il vient quand il a quelque chose à dire et c’est tout à son honneur", commente un client, apparemment fan de l'auteur.   

À ce rythme, dans les librairies, il va très vite falloir recommander quelques cartons.

Comment le dernier Houellebecq est-il accueilli ? Le reportage dans une librairie parisienne de Yann Bertrand.
--'--
--'--