Cet article date de plus d'un an.

Les drôles de créatures en mosaïques du street artiste Invader s'installent à Marseille

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
#CultureWE : focus sur le street-artiste Invader
Article rédigé par
J.Boudier, M.Berrurier, N.Salem, V.Lucas, T. Le Hec, A.Da Silva - France 3
France Télévisions

On trouve les drôles de créatures d'Invader partout dans le monde. Invader, ce street artiste est l'un des plus mystérieux du monde. Il est exposé à Marseille...

C'est une exposition à ciel ouvert où les œuvres d'arts se cachent dans les rues de Marseille (Bouches-du-Rhône). Arriverez-vous à trouver les "Space Invader", comprendre "les envahisseurs de l'espace" ? Le principe est de les chercher, les trouver, pour les prendre en photo et gagner des points via une application dédiée. En août dernier, une centaine de ces mosaïques ont envahi la ville pour le plus grand bonheur de ses habitants. "C'est comme un jeu vidéo en réalité", explique une jeune femme, dans le 19/20 du samedi 10 octobre. "Cela permet de voir un peu Marseille sous d'autres faces", témoigne une autre.

Invader exposé à Marseille (Capture d'écran France 3)

Un artiste mystérieux

Le cerveau de cette opération : Invader. L'un des artistes les plus mystérieux du street art. Inspiré par l'univers du jeu vidéo, il commence à coller de petits personnages en mosaïques dans les rues de Paris. Vingt-quatre ans plus tard, on peut trouver ses œuvres partout à travers le monde. Jusque dans la station spatiale internationale.

Le point de départ de cette invasion : le MAMO, musée d’art contemporain situé sur le toit de la Cité Radieuse, bâtiment emblématique de Marseille construit par l’architecte Le Corbusier. Fondateur de ce musée qui a accueilli parmi les plus grands artistes contemporains, le designer Ora-ïto est le complice d’Invader. Il a mis l’espace à disposition de l’artiste pour qu’il y installe son atelier. "Avec le Covid, explique-t-il, c’était le bon moment puisque cette exposition est en plein air".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.